Navigation – Plan du site

Introduction

Françoise Sammarcelli

Texte intégral

  • 1 On pourra méditer sur ce point l’hypothèse formulée par W.J.T. Mitchell : « The problem of the “ima (...)
  • 2 D’innombrables sources sont disponibles pour les chercheurs intéressés par ces questions. Jean Hags (...)

1Textes vus, images lues – ces expériences nous sont familières, mais comment s’opèrent ces renversements et quels en sont les enjeux ? Ce que Michel Foucault appelait le « rapport infini » du langage à la peinture, ces deux médiums « irréductibles l’un à l’autre » (Foucault 1966, 25), revient ici par le biais d’un objet esthétique et critique défini en chiasme. On tente en effet de contourner l’aporie1 au profit d’une attention portée à la coprésence du texte et de l’image et à la matérialité de la page. Au-delà des questions bien connues du pictorialisme et de l’ekphrasis2, il s’agit d’explorer les effets d’hybridation et d’intersémioticité dans la littérature et les arts visuels appartenant à des époques différentes, de réexaminer la dynamique de l’illustration et des iconotextes, et de rendre compte d’expériences spécifiques dans le domaine de la typographie et l’intermédialité aux xxe et xxie siècles.

2Si l’on peut se demander avec W.J.T. Mitchell ce que « veulent les images » (Mitchell 2005), on peut aussi s’interroger sur ce que fait l’image dans le texte, et inversement sur ce que produit l’irruption du texte dans l’image. Brouillant la distinction entre un art du temps et un art de l’espace, ces rencontres singulières posent des défis multiples et nous invitent à faire retour sur nos stratégies interprétatives.

3La première partie de ce dossier manifeste à elle seule l’ampleur de la question en rapprochant volontairement deux perspectives très différentes. On passe ainsi de la problématique de l’ut pictura poesis et de sa mise en cause dans l’Angleterre des xvie-xviie siècles, aboutissant chez George Herbert à une sacralisation de l’espace de la page selon Anne-Marie Miller-Blaise, à la notion récente du « tiers pictural » énoncée par Liliane Louvel et définie en termes d’« événement de lecture » et de « double exposition ». Son propos sur « cet entre-deux vibrant entre texte et image » (Louvel 2010, 260), s’appuie ici sur l’étude de deux œuvres littéraires contemporaines et leur utilisation de la photographie en noir et blanc. On voit ainsi comment « quand l’image survient dans un texte elle le rompt, l’interrompt, le disjoint, “objecte” » (Louvel 261) et transforme le lecteur en « regardeur ».

4Un mode classique du dialogue entre le texte et l’image est celui de l’illustration, dont il convient de ne pas simplifier les enjeux complexes. Comme le soulignait Brigitte Félix dans un article sur les usages de l’image dans quelques récits contemporains, « l’illustration est une force de renouvellement de la fiction qui produit de nouvelles formes » (Félix 2009, 187). Le second volet de ce dossier en témoigne à propos de la littérature victorienne et nous permet d’examiner diverses pratiques, respectueuses ou critiques, tout en inscrivant la dynamique de l’illustration dans le temps. Anne-Florence Gillard-Estrada commente des iconotextes satiriques conçus en réaction au Mouvement Esthétique dont Oscar Wilde fut une figure de proue et l’on voit comment le dialogue entre texte et image s’enrichit de celui de ces créations avec la pensée qui les a inspirées. Confrontant deux esthétiques, Xavier Giudicelli montre notamment combien la tension entre The Ballad of Reading Gaol d’Oscar Wilde, et les gravures expressionnistes d’Erich Heckel qui l’illustrent, reflète celles qui sous-tendent ce texte et il met ainsi en lumière le rôle de l’illustration comme outil herméneutique. Enfin, quand l’illustration devient ré-illustration, elle comporte souvent une dimension citationnelle et intersémiotique dont Laurent Bury propose une typologie savoureuse (inversion des rôles textuels, échangisme, homotextualité) à partir d’exemples modernes inspirés par Charles Dickens, Charlotte Brontë et Lewis Carroll.

5L’hybridité est à l’honneur dans la section suivante avec les œuvres protéiformes d’artistes du xxe siècle qui brouillent les registres du textuel et du visuel et expérimentent diverses stratégies pour renouveler nos modes de perception. Sophie Dannenmüller met ainsi en évidence un rapport dialectique entre le texte et l’image chez l’artiste plasticien Wallace Berman, fasciné par la lettre à tous les sens du terme, et montre la grande richesse de cette recherche dont les effets varient selon les types d’images, d’alphabets, de supports, de procédés utilisés (collages, graffitti, etc). De son côté Stamatina Dimakopoulou observe une relation de documentation paradoxale liée à la réflexivité chez l’artiste conceptuel Vito Acconci. Celui-ci explore dans ses premières œuvres la tension entre la performance éphémère et l’archive (« journal d’un corps »), et instaure une autre dialectique, impliquant l’expérience, la textualité et le visuel, et invitant une activité de « lecture ». Enfin la collaboration de l’image et du texte s’éprouve aussi avec vigueur dans l’enchaînement de tweets animés de vidéos présenté par l’écrivain Lance Olsen et sa femme, la plasticienne Andi Olsen, qui célèbrent la matérialité réflexive des textes. “Words matter” – les documents joints restituent cet événement dont une brève introduction souligne les points saillants.

  • 3 « Writing, in its physical, graphic form, is an inseparable suturing of the visual and the verbal, (...)
  • 4 Sur ce point voir notamment les travaux de Johanna Drucker tels que The Visible Word: Experimental (...)

6Si, en premier lieu, la lettre américaine « a du corps » comme l’affirmait Claude Richard (Richard 1987, 9), elle s’exhibe et s’expose volontiers au risque du visible, comme le montrent les textes, poèmes ou romans, analysés dans le volet suivant. Ainsi que le rappelait W.J.T. Mitchell, le médium de l’écriture déconstruit la possibilité d’une image pure ou d’un texte pur, et dans sa forme graphique, opère la suture du visuel et du verbal3. Un livre d’artiste comme celui produit en 1934 par Lorine Niedeker, poète objectiviste, nous invite ainsi à une interrogation fondamentale sur le matériau du poème et sa résistance. Geneviève Cohen-Cheminet s’attache à une série de vingt-sept poèmes finalement publiée en 1998 et aux diverses images du texte, et souligne la dynamique qui fait du manuscrit en tant que potentialité matérielle la « réserve » de la poésie. Cette exploration des limites se retrouve dans la narrativité textuelle-visuelle privilégiée par certains romanciers. Certes, les expérimentations typographiques ne constituent pas des phénomènes nouveaux et attirent depuis longtemps une attention critique méritée4. Les travaux de Johanna Drucker sur la typographie ont fait date et on reconnaîtra ici sa conception d’une poétique du visuel : « exploring the non-linear potential of print-form and […] the power of visual material form to proliferate meaning within a semantic field through visual structure » (Drucker 1998, 9). Ces jeux ont redoublé d’intensité au tournant des XXe et XXIe siècles, facilités par de nouvelles avancées technologiques. On ne s’étonnera donc pas qu’une des œuvres de Mark Danielewski, écrivain réputé pour l’étendue de son expérimentation dans ce domaine, soit ici abordée dans deux articles. Alexandre Palhière choisit de se concentrer sur quelques pages stratégiques de Only Revolutions et s’interroge sur la possibilité même de lire ce texte qui semble déconstruire toute forme de linéarité temporelle. Brigitte Félix recadre ce même roman dans un contexte plus large et analyse les enjeux de pratiques qui font des mots du texte des composants visuels, l’ajout d’images venant parfois complexifier encore la lecture chez William Gass ou Vanessa Place. Abordant une œuvre moins connue, Ever de Blake Butler, Anne-Laure Tissut observe les jeux de contamination réciproque du texte et de l’image, dans la mesure où les dessins de Derek White s’associent aux effets de visuel pour instaurer une tension entre l’abstraction et la matérialité du signe qui redéfinit la narrativité.

7Que se produit-il, inversement, quand l’image se donne à lire, au sens figuré de par sa trace en creux, ou littéralement par l’insertion de signes écrits dans le système iconique ? L’absence même de l’image peut revêtir une dimension politique chez Breyten Breytenbach, d’origine sud-africaine, qui instaure le dialogue ambigu entre une gravure et la nouvelle qui l’évoque tout en évitant l’ekphrasis. Comme le montre Sandra Saayman, l’auteur, écrivain et peintre, semble mettre l’image en abyme pour mieux effacer le sujet. Par ailleurs, la présence du texte dans l’image fait-elle peser une menace plus grande sur les concepts d’« intégrité » ou de « pureté » des images que l’inverse (Mitchell 1994, 209) ? On pourra en juger avec les pratiques intersémiotiques complexes décrites dans deux études portant sur des médiums différents. Jean-Marc Victor commente la présence de l’écrit dans les photographies de Ralph Eugene Meatyard, qui fut aussi un grand lecteur et l’ami de plusieurs écrivains. Observant les fantômes de textes à côté des humains ou les tracés calligraphiques de la lumière dans des clichés plus abstraits, le critique révèle chez Meatyard une dynamique d’apparition-disparition qui vient inquiéter le regard. Quant aux célèbres jeux avec l’écriture et le geste dans la période « européenne » du peintre Cy Twombly, ils impliquent un retour sur l’autre de la signification, une réflexivité du sens que Johanna Malt examine dans plusieurs œuvres, en se référant au commentaire de Roland Barthes mais en s’appuyant aussi sur les concepts de la phénoménologie. Le parcours s’achève avec la réflexion de Marie-Madeleine Martinet qui partage avec nous son expérience de la construction d’images et sa théorisation : à partir de la perception du contraste champ/figure dans les arts, elle démontre l’influence des arts numériques sur le débat concernant l’interaction entre les concepts visuels et les concepts textuels.

8On le voit, les problématiques développées dans ce volume sont étroitement liées à des questions de réception car les œuvres hybrides évoquées nous confrontent à l’expérience de l’instabilité des catégories et à la porosité des frontières, entre texte et image, entre pratique et théorie, entre abstraction et matérialité. Divers articles soulignent ainsi dans ces productions intermédiales la rencontre de l’objet physique et le besoin de redonner au corps son rôle. Si le corps du texte s’affiche, c’est aussi le corps du lecteur/spectateur qui est mis à l’épreuve pour son plus grand plaisir.

Haut de page

Bibliographie

Drucker, Johanna. The Visible Word : Experimental Typography and Modern art, 1909-1923. Chicago : U. of Chicago P, 1994.

Drucker, Johanna. Figuring the Word. Essays on Books, Writing, and Visual Poetics. New York : Granary Books, 1998.

Félix, Brigitte. « Usages de l’image et régulation de la mémoire dans quelques récits contemporains », Image et Mémoire : Arts et littérature aux Etats-Unis (xxe-xxie siècles). Dir. F. Sammarcelli. Paris : PUPS, 2009, 157-188.

Foucault, Michel. Les Mots et les Choses : une archéologie des sciences humaines. Paris : Gallimard NRF, 1966.

Hagstrum, Jean H. The Sister Arts : The Tradition of Literary Pictorialism from Dryden to Gray. Chicago UP, 1958.

Kaufmann, Michael. Textual Bodies : Modernism, Postmodernism, and Print. London & Toronto : Associated UP, 1994.

Louvel, Liliane. L’Œil du texte. Texte et image dans la littérautre de langue anglaise. Toulouse : P.U. Du Mirail, 1998.

Louvel, Liliane. Le Tiers pictural. Pour une critique intermédiale. Rennes : PUR, 2010.

Mitchell, W.J.T. Picture Theory. Chicago : U. of Chicago P, 1994.

Richard, Claude. Lettres américaines. Aix-en-Provence : Alinéa, 1987.

Haut de page

Notes

1 On pourra méditer sur ce point l’hypothèse formulée par W.J.T. Mitchell : « The problem of the “imagetext” (whether understood as a composite synthetic form or as a gap or fissure in representation) may simply be a symptom of the impossibility of a “theory of pictures” or a “science of representation”. » (Mitchell 1994, 83)

2 D’innombrables sources sont disponibles pour les chercheurs intéressés par ces questions. Jean Hagstrum offre une synthèse efficace de la tradition du pictorialisme dans un livre qui a fait date : The Sister Arts: The Tradition of Literary Pictorialism from Dryden to Gray. Liliane Louvel revient aussi dans les premiers chapitres de L’Œil du texte sur la « tradition poétique » et la « fortune de l’ut pictura poesis ».

3 « Writing, in its physical, graphic form, is an inseparable suturing of the visual and the verbal, the “imagetext” incarnate. » (Mitchell 1994, 95)

4 Sur ce point voir notamment les travaux de Johanna Drucker tels que The Visible Word: Experimental Typography and Modern art, 1909-1923 et Figuring the Word. Essays on Books, Writing, and Visual Poetics, et le livre de Michael Kaufmann Textual Bodies: Modernism, Postmodernism, and Print.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Sammarcelli, « Introduction », Sillages critiques [En ligne], 21 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/5140

Haut de page

Auteur

Françoise Sammarcelli

Université Paris Sorbonne, VALE (EA 4085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org