Navigation – Plan du site
Compte-rendu de la recherche

Andrée-Anne Kekeh-Dika, L’Imaginaire de Jamaica Kincaid, Variations autour d’une île caraïbe

Pessac : PU de Bordeaux, collection » Lettres d’Amérique(s) », 2016
Kerry-Jane Wallart
Référence(s) :

Andrée-Anne Kekeh-Dika, L’Imaginaire de Jamaica Kincaid, Variations autour d’une île caraïbe, Pessac : PU de Bordeaux, collection » Lettres d’Amérique(s) », 2016. 178 pages, 24 euros, ISBN 979-10-300-0037-5.

Texte intégral

1Paru un an après la monographie de Nadia Yassine-Diab, laquelle s’inscrivait déjà dans un rapport de filiation avec l’ouvrage de Patricia Donatien (2007), ce volume confirme l’importance prise récemment par l’œuvre de Jamaica Kincaid dans les études postcoloniales françaises. Loin de se répéter, ces trois explorations se complètent en une diffraction révélatrice de la complexité de l’œuvre de la romancière américaine d’origine caribéenne. Là où Donatien concentrait ses analyses sur ‘la blesse’, le trauma de l’esclavage et son influence sur la représentation du corps, là où Yassine-Diab faisait porter son attention sur les questions d’altérité, notamment autour de la figure de la mère, Andrée-Anne Kekeh-Dika fraie des chemins en direction de l’auto-réflexivité, du trompe-l’œil, et d’une intertextualité qui s’avance masquée. Toute question d’identité est d’emblée évacuée, ou minée par l’accent mis sur le faux-semblant, l’évitement de l’autobiographie ou même de l’autofiction. Sous la plume de Kekeh-Dika, Kincaid apparaît comme une sœur de Janet Frame ou de Alice Munro : un auteur convaincu que l’autobiographie d’une grande écrivaine ne sera jamais que sa fiction.

2Kekeh-Dika prend parfois résolument le contre-pied de précédentes analyses, en ne mettant pas au premier plan une lecture féministe, ou psychanalytique. L’autre grande originalité de ce travail sur l’œuvre de Kincaid est la part importante qu’il consacre aux livres sur le jardinage (My Garden (Book) :, Among Flowers : A Walk in the Himalaya), qui constituent comme une seconde période artistique. Ces deux ouvrages, ainsi que quelques articles, restaient encore largement à ‘défricher’, la critique s’étant pour le moment montrée perplexe, ou silencieuse. Kekeh-Dika y voit une continuité mais aussi un saut : « Kincaid […] se saisit de la science botanique comme pour y reprendre, sur un autre terrain, étranger, scientifique, des interrogations qui lui sont chères : construction du soi, questions de parenté et de tutelle, venue à l’écriture » (49). L’herméneutique est centrifuge et vertigineuse ; l’ananas devient métaphore guerrière (76), l’hévéa, le lieu d’un « faux lapsus » (102), l’arbre à corosol, où se nichent les insectes, une image du « parasitage réciproque » (113) auquel procède tout auteur d’avec d’autres textes. La chercheuse montre très bien le nœud de significations que constitue le jardin : héritage ambigu de l’Angleterre – avec notamment les jonquilles de Wordsworth ; importance historique du jardin d’esclave dans la survie des ancêtres ; enracinement dans le Vermont, en même temps qu’ouverture au monde (les jardins de Caillebotte et Colette, l’Asie) et « dés-ancrage » (123) ; insistance sur le travail du corps, mains et pieds, et sur le savoir-faire pratique requis.

3De manière générale, Kekeh-Dika excelle à constituer des grappes de sens, autour du jardin mais aussi autour du tricot et de la couture, par exemple (84-98). Ce cliché apparemment éculé de la littérature féminine se renouvelle au croisement de références à Vita Sackville-West et, plus lointainement, à Woolf ; à Kierkegaard et sa reprise ; au travail de la pensée tel qu’exposé par Rancière ; aux propos d’Adorno sur le tissage ; aux gommes de Robbe-Grillet, l’un des rares auteurs que Kincaid admettra avoir lus. Ces croisements inattendus, permis par une immense culture littéraire et philosophique (Michel Serres, le rôle de l’objet chez Francis Ponge, la diagonale chez Hannah Arendt, la ‘figure de bord’ exposée par Daniel Arasse, pour n’en citer qu’une infime partie), permettent de déployer des analyses d’une grande originalité. L’utilisation ponctuelle, pertinente, de textes théoriques, éclaire le propos sans jamais le détourner du texte littéraire, de son analyse précise et fouillée.

4En effet, le volume témoigne d’une très grande écoute de la lettre de ces romans, nouvelles et essais. L’auteur suit les sinuosités subtiles de la répétition, figure essentielle chez Jamaica Kincaid, et livre un travail de stylistique abouti. Les passages cités sont, pour certains (le nom du père dans Mr Potter, les photographies déchirées dans Annie John), bien connus, bien que relus originalement ; pour d’autres, traditionnellement peu scrutés, telles l’introduction de Best Essays, ou les vignettes de Talk Stories, ils déplacent les lignes et font considérablement avancer la recherche kincaidienne. La « voix fabriquée » (28) qui se donne à entendre chez la romancière est débusquée partout, dans la ligne oblique, dans le vêtement insolite et mal ajusté, dans le travail du pied et de la main, dans l’entrepôt ou la marmite, au fil de six parties plus ou moins longues qui se lisent comme une progression réelle et dynamique. L’écriture est pensée par Kincaid, et par Kekeh-Dika dans son sillage, non pas comme résistance au canon, mais comme transformation de la ‘belle’ langue employée par George Lamming par exemple, transformation qui se fait de l’intérieur.

5Kekeh-Dika décrit ainsi une « fabrique du même » (12), lieu à la fois ouvert et fermé, « zone apparemment uniforme à partir de laquelle le « je » et l’écriture doivent s’efforcer de croître différemment » (34). Ses analyses d’une écriture en mouvement, lieu de la transformation perpétuelle, gagnent grandement à être éclairées par les textes d’autres auteurs de la Caraïbe, y compris des auteurs trop souvent relégués au second rang, Olive Senior, Austin Clarke, Archie Markham, Michelle Cliff. Elle retrace également un héritage littéraire féminin, mais point postcolonial - Gertrude Stein (le ventriloquisme) ou Virginia Woolf (le motif du criss-cross). Elle revendique enfin une filiation américaine masculine, ainsi d’Emerson et du rôle de la marche (69), ou de Wallace Stevens et de la poésie de l’ordinaire (137). Ses analyses sont, à ces occasions, très convaincantes. Notons enfin que le style de l’ouvrage est sobre mais remarquable dans la justesse de l’expression ; le texte se donne à lire sans poudre aux yeux, avec une grande élégance dans la formulation.

6S’il fallait émettre une réserve quant à cet ouvrage, il faudrait peut-être regretter le manque de fondations théoriques, évacuées au profit de rapprochements éclairants, mais personnels et parfois aléatoires. L’évitement de la ‘belle langue’, par exemple, aurait pu être éclairée par le travail de Homi Bhabha sur le mimétisme, ou les phénomènes d’effacement ; par l’article de Gayatri Spivak sur la question de la voix « gommée » des subalternes ; quant au refus par Kincaid des conventions du genre littéraire, il aurait pu être associé aux réflexions, sur cette question dans toute littérature non européenne, déployées dans The Empire Writes Back.

7Il émane en vérité de ce volume un parfum essayistique ; loin de vouloir tout inclure, Andrée-Anne Kekeh-Dika chemine dans sa lecture très personnelle de l’auteur, sans système, sans grilles de lecture, sans passages obligés. En somme, elle pense comme Kincaid écrit. C’est le signe sûr qu’elle l’a bien lue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kerry-Jane Wallart, « Andrée-Anne Kekeh-Dika, L’Imaginaire de Jamaica Kincaid, Variations autour d’une île caraïbe », Sillages critiques [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/4593

Haut de page

Auteur

Kerry-Jane Wallart

Université Paris Sorbonne (VALE EA 4085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org