Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

Marc Amfreville

Texte intégral

1En 2010 j’ai eu la chance de pouvoir ouvrir sous l’égide de VALE, le premier séminaire français consacré à une discipline qui a déjà fait florès aux Etats-Unis et dans divers pays d’Europe : ce qu’il est convenu d’appeler, outre-Atlantique, les trauma studies. Il semblait urgent de susciter une réflexion sur la question et si possible même, de témoigner, sous forme de productions écrites, de l’indéniable intérêt manifesté par des collègues français par leur présence à l’étranger dans les ateliers consacrés à ce sujet mais aussi, tout simplement, au fil de leur production critique locale. L’Atelier de Recherche sur le Trauma et ses Ecritures, en marge, et peut-être déjà légèrement en défiance de ce phénomène de mode, a voulu concentrer ses efforts et mettre l’accent sur la représentation. Qu’il me soit permis de reprendre ici quelques lignes du tout premier texte de cadrage et d’invitation à ce séminaire, lancé à l’adresse de collègues anglicistes, hispanistes et francisants, entre autres, mais aussi de psychanalystes, de créateurs dans divers domaines, et d’historiens, ainsi que de jeunes chercheurs, et notamment de doctorants en cours de rédaction de leur thèse.

2« Sera privilégiée la dimension d’écriture fictionnelle, et l’atelier s’attachera à repérer, présenter, analyser les textes littéraires et les films qui mettent en scène cette figure archétypale de la blessure psychique. On entrevoit d’entrée de jeu deux directions : les traumas individuels (tels que violence et agressions ayant laissé des marques indélébiles en sont le premier modèle dans les tout premiers écrits de Freud), mais aussi tous les traumas inscrits dans les catastrophes de l’histoire (Shoah, explosion atomique, guerres, 11 septembre…).

3Dans les deux cas, on se fixera pour but de dégager les modalités de l’inscription du trauma dans la forme littéraire et artistique. Le trauma psychique opère lui aussi selon deux directions : une absence totale de traces mnésiques de l’événement traumatisant, ou au contraire, la hantise douloureuse par le surgissement d’images obsédantes, de cauchemars.

4On voit d’emblée comment la littérature, et les arts visuels, ont pu de tous temps se pencher sur cette question, et avec les moyens qui leur sont propres : ellipse, suspens de l’information, jeu sur les signifiants, rimes, d’une part et de l’autre, obsessions, répétitions, explosions métaphoriques, spectralité, dédoublements et même fragmentation…. Sur les deux versants donc, du vide ou du trop-plein, l’art avait bien avant les premières théorisations représenté le trauma, et le séminaire, loin de toute démarche de psychanalyse appliquée, visera précisément à dégager les modalités des intuitions et du « savoir » de la fiction, de la poésie, du théâtre, et des arts visuels. »

5L’atelier se réunit environ cinq fois par an, et a donné lieu à des séances de nature diverse : véritables communications, exposés théoriques de cadrage, présentation de travaux en cours d’élaboration, projection d’un film d’auteur sur les traumatismes de guerre, rencontres avec des écrivains (notamment Geneviève Brisac et Siri Husvedt), un cinéaste (Arnaud Desplechin à l’occasion de la sortie de son film, Jimmy P, consacré à la victime d’un traumatisme de guerre et à son thérapeute « hors normes », Georges Devereux), croisement d’un texte critique et d’une approche créative sur un même objet, séances-ateliers où un ouvrage théorique lu par tous fait l’objet de discussions (par exemple, le très récent Literature in the Ashes of History de Cathy Caruth), débats sur un sujet de controverse (peut-on parler de trauma collectif ? Les attentats de Charlie hebdo et de l’hypermarché constituent-ils des traumatismes, et surtout quels outils nous permettent de dépasser l’émotion ?), et même une création théâtrale adaptée de « The Yellow Wallpaper » de Charlotte Perkins Gillman par la compagnie Demesten Titip.

6Une centaine de personnes sont maintenant inscrites sur la liste de diffusion, les séances en rassemblent environ une vingtaine, chaque année parviennent de nouvelles propositions de sujets et de communications. Par ailleurs, plusieurs fidèles d’ARTE ont constitué un atelier à l’International Literature Conference de Louisville (Kentucky) en 2014, et trois des articles inclus ici en sont issus. Les quatorze textes qui suivent, généreusement confiés par les contributeurs, représentent un échantillonnage significatif des présentations auxquelles nous avons assisté depuis 2010 : ils ont tous fait l’objet d’une double évaluation à l’aveugle et s’ils ont parfois perdu en spontanéité, ils ont gagné en élaboration et en qualité. Que leurs auteurs soient ici chaleureusement remerciés.  

7Le volume s’ouvre sur la voix théorique de Thierry Bokanowski, psychiatre et membre titulaire formateur de la Société Psychanalytique de Paris dont l’exposé, tout à la fois exigeant et pédagogique, permet de préciser les notions contrastées de trauma, traumatisme et épisode traumatique, avant de retracer un historique du concept clinique depuis Freud jusqu’aux psychanalystes d’aujourd’hui, en passant par Ferenczi (auquel il a consacré plusieurs articles et une monographie) et Winnicott.

8Viennent ensuite deux voix artistiques, celles de deux écrivaines : Siri Husvedt, auteure de nombreux romans, mais aussi de plusieurs essais et de l’inclassable Femme qui tremble qui mêle le récit d’un trauma personnel à des considérations théoriques et philosophiques, voire neurologiques. Elle travaille également en milieu hospitalier où elle dirige des ateliers d’écriture pour patients psychotiques. Cette triple expérience est au cœur d’une communication originale, intensément personnelle, qui nous amène à réfléchir à tous les enjeux de l’écriture du trauma, notamment dans ses rapports à l’autobiographie. Geneviève Brisac, régulièrement présente aux séances d’ARTE, nous livre ici ses réactions à la lecture du dernier opusde Jeanette Winterson, Why Be Happy When You Could be Normal? Avant de se livrer à une comparaison des enjeux esthétiques qui informaient un roman précédent, Oranges Are Not the Only Fruit. Aux confins de la réaction sensible de la consœur en écriture et du recul intellectalimenté par la plume de l’essayiste qui s’est intéressée avec passion à Virginia Woolf, Flannery O’Connor, Karen Blixen, Alice Munro et tant d’autres, elle nous fait le cadeau d’une résonance, d’un « souffle coupé » et partagé.

9Se déclinent enfin, du côté plus traditionnellement académique, les contributions de collègues et de jeunes chercheurs qui, au fil de ces cinq années, ont fait avancer pas à pas nos réflexions sur ce que signifie l’écriture du trauma.

10Jean-Michel Ganteau s’intéresse aux deux mêmes romans autobiographiques de Jeanette Winterson que ceux dont parle Geneviève Brisac, offrant en miroir un éclairage à la fois différent et proche. A travers l’analyse des figures de l’après-coup freudien, de la spirale, de la métalepse et du fantôme, il montre avec André Green comment le temps est « éclaté » et réfléchit au trauma comme ouverture éthique. Sylvie Bauer se penche sur The Body Artist de DeLillo et en particulier sur les figures conjointes de la performance et du deuil. A travers la poétique du suspens, elle met au jour les ellipses, et repense les blancs du texte, ces « traces qui se refusent au langage ». Anne-Laure Fortin-Tournès analyse le roman intermédial de Sebald, The Rings of Saturn, autour de l’idée de « dispositif de capture d’affects » visant à reconstituer le souvenir traumatique et faire surgir l’anachronique. Jocelyn Dupont présente Tetro, le film de F.F Coppola, à travers la dialectique de la matérialité de l’image et de la fluctuation du matériau mémoriel, provoquant l’irruption de labelle métaphore de « l’incandescence ». A travers l’exemple d’Emily Dickinson et d’un poème en particulier, « After great pain a formal feeling comes », Antoine Cazé ausculte les liens qui unissent trauma et poésie lyrique, l’écriture d’une « énonciation et d’une figuralité blessées » dans laquelle il repère une vulnérabilité de la forme plus encore que du sujet. Paule Lévy revisite le topos de la maison hantée dans « The Giant Wistaria » de Charlotte Perkins Gilman, une nouvelle qui « épouse la structure du trauma » en recourant aux mouvements contrastés de la réminiscence et du déni, faisant de cette histoire individuelle une métaphore de la genèse de la jeune nation américaine et une réflexion oblique sur la place faite aux femmes. A partir de Jonathan Safran Foer (Extremely Loud & Incredibly Close) et d’Art Spiegelman (In the Shadow of No Towers), Gwen LeCor interroge la représentation du 11 Septembre et entend, notamment par une écoute attentive du rythme des textes, dans l’écriture de la répétition, un mode de dépassement de la sidération. David Waterman, déployant une vision historique et politique, étudie dans le roman Kartography de Kamila Shamsie (2002) la représentation de la guerre civile pakistanaise de 1971, autour de l’idée d’une « aphasie collective » et de l’hypothèse d’une régénération par la violence. Dans un article qui fait la part belle aux illustrations, Audrey Barbidzanian se penche sur Maus, le roman graphiqued’Art Spiegelman, pour dévoiler les stratégies esthétiques complexes qui régissent les rapports entre l’image et le texte, mais aussi pour analyser cet apport essentiel à l’art de ce qu’il est désormais convenu d’appeler « la génération d’après » [la Shoah]. L’article se clôt sur une très généreuse bibliographie, indispensable à tout chercheur sur ces questions novatrices. Houria Righi revient, à la lumière du concept d’après-coup, sur le diptyque troublant que constituent les deux parties de The Invention of Solitude et dégage notamment les liens que tisse la poétique du trauma avec celle de la relation. A la clôture de ce numéro, Elisabeth Angel-Perez complète ce panorama des différents objets des trauma studies en nous donnant à voir « la scène traumatique » de Sarah Kane, dont l’œuvre est un « parangon des dramaturgies du traumatisme ». Elle nous propose la lecture d’un parcours créateur qui va de l’agression frontale à l’oblitération. En résumé, et tel un point d’orgue, « le trauma troue ».

11Il est en effet tentant pour clore cette introduction de revenir sur l’étymologie de ce mot « trauma » qui parle de trouée, de blessure tout à la fois béante et profonde, flagrante – c’est-à-dire au sens propre, qui brûle - et intime, que roman, poésie, cinéma, bande dessinée… se donnent pour tâche d’explorer et que l’analyse critique dévoile, reprend, interroge et recrée. En marge des concepts psychanalytiques et esthétiques qui informent nos réflexions, ce sont au fond les œuvres elles-mêmes qui portent leur propre théorie et l’inscrivent, avec des degrés de conscience variables, dans la forme qu’elles se sont choisie, ou que leur a dictée leur sujet. Il nous appartient de les faire affleurer, sans jamais perdre de vue qu’à l’instar de celles de l’archéologue, comme l’a remarquablement montré J-B. Pontalis, nos trouvailles ne mettent exactement jamais au jour ce qui avait été enfoui. Le mouvement même d’analyse de textes (au sens large) ne peut être que de résonance, et cette vibration se révèle particulièrement perceptible dans l’espace qui unit l’œuvre à son critique dans l’écriture du trauma.

Haut de page

Bibliographie

Altounian, Janine. La Survivance. Traduire le trauma collectif. Paris : Dunod, 2000.

Amfreville, Marc. Ecrits en souffrance. Figures du trauma dans la littérature nord-américaine. Paris : Michel Houdiard éditeur, 2009.

Amfreville, Marc. « The Burning Book », Journal of Literature and Trauma Studies, volume 2, 1-2, Suffering in Literature, David Miller ed., U of Nebraska Press, 2013 (released in 2014), 1-14.

Angel-Perez, Elisabeth. Voyages au bout du possible. Les théâtres du traumatisme de Samuel Beckett à Sarah Kane. Paris: Klincksieck, 2006.

Brette, Françoise, Michèle Emmanuelli et Georgers Pragier. Le Traumatisme psychique. Monographie de Psychanalyse. Paris: PUF, 2005.

Chiantaretto, Jean-François. Témoignage et trauma. Paris: Dunod, 2004.

Davoine, Françoise et Max Gaudillière. Histoire et trauma. La folie des guerres. Paris: Stock, 2006.

Caruth, Cathy (ed). Trauma. Explorations in Memory. Baltimore: The John Hopkins University Press, 1995.

Caruth Cathy. Unclaimed Experience. Baltimore: The John Hopkins University Press, 1996

Caruth Cathy. Literature in the Ashes of History. Baltimore: The John Hopkins University Press, 2013.

Ganteau, Jean-Michel et Susana Onega. Trauma and Romance in Contemporary British Literature. London and New York: Routledge, 2013.

Hirsch, Marianne. The Generation of Postmemory. Writing and Visual Culture After the Holocaust. New York: Columbia UP, 2012.

Nadal, Marita and Monica Calvo eds. Trauma in Contermporary Literature. Narrative and representation. New York and London: Routledge, 2014.

Onega, Susana and J.-M. Ganteau eds, Contemporary Trauma Narratives.Routledge, 2014.

Press, Jacques. La perle et le grain de sable. Traumatisme et fonctionnement mental. Lausanne: Delachaux et Niestlé, 1999.

Whitehead, Anne. Trauma Fiction. Edinburgh: Edinburgh UP, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Amfreville, « Introduction », Sillages critiques [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/4205

Haut de page

Auteur

Marc Amfreville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org