Navigation – Plan du site

Avant-propos

Pierre Arnaud

Texte intégral

1Les articles présentés dans ce second numéro de Sillages Critiques sont les textes des communications faites entre 1995 et 1997 sur le thème du portrait dans le « Centre de Recherches Littéraires : Texte et Critique du Texte » de la formation « Études Anglophones » à l'Université de Paris-Sorbonne. Ils permettent de se faire une idée de l'évolution de ce genre en Angleterre et dans les pays anglophones. Le développement du portrait littéraire est bien évidemment lié à celui du modèle pictural dont Marie-Madeleine Martinet retrace les principales étapes dans un vaste panorama qui s'étend des œuvres de la Renaissance à l'époque moderne, de la miniature élisabéthaine à la photographie et au portrait cinématographique. Elle montre, entre autres, que bien des procédés de l'art du portrait se réverbèrent à travers les siècles. Mais « quand la prééminence du code pictural dans la mimesis littéraire a-t-elle commencé ? » Telle est la question qu'on peut se poser, à la suite de Roland Barthes, à propos de l'Angleterre. A la cour des Tudors, puis des Stuarts, la peinture de portraits est tout entière aux mains des étrangers : après Holbein et Antonio Moro, il y eut Van Dyck. Il est, toutefois, une spécialité qui peut être dite anglaise : la miniature qui a pris la place de l'enluminure. Pendant la même période, les petits portraits sont à la mode. On les porte en pendentifs, montés en médaillons plus ou moins somptueux. Avec le concept d'image-texte qui est une analyse de la dialectique de la couleur chez les miniaturistes Nicholas Hilliard et Isaac Oliver, Raphaëlle Costa de Beauregard jette un pont entre des domaines de spécialités très différents tels que l'histoire de l'art, la sémiotique de l'image et l'analyse socio-historique dite « civilisationniste ». Or c'est à l'époque où la reine Elisabeth distri­buait à ses courtisans ses propres portraits peints par Nicholas Hilliard, que le portrait littéraire est apparu en Angleterre avec le blason, genre qui connut un vif succès des deux côtés de la Manche avec Epithalamion de Spenser, le Beau Ténébreux de Marot, le Blason du Sourcil de Maurice Scève, etc. Il s'agit de poésies décrivant de manière détaillée, sur le mode de l'éloge ou de la satire, les caractères ou qualités d'un être ou d'un objet. Pierre Iselin montre toute l'importance que revêt l'art du blason dans The Rape of Lucrece, Twelfth Night et certains sonnets de Shakespeare.

2Le XVIIIe siècle fut en Angleterre l'âge d'or du portrait pictural avec William Hogarth, Joshua Reynolds, Thomas Gainsborough, George Romney, Sir Thomas Lawrence et Sir Henry Raeburn, pour ne citer que les plus connus. Le lien entre peinture et littérature est fourni par Hogarth qui écrivait : « Je me suis efforcé de traiter mes sujets comme un auteur dramatique ; j'ai pour théâtre un tableau, et pour acteurs mes figures qui, par le moyen de certaines actions et de certains gestes, jouent une scène muette. » À la même période, le portrait littéraire connaissait une grande mode chez les romanciers les plus célèbres, comme Richardson, Fielding, Sterne ou Smollett. Tom Keymer tire du rapprochement qu'il fait entre Pamela de Richardson et Æsop's Fables de L'Estrange le portrait de l'homme politique derrière le romancier. Laurent Châtel montre que l'œuvre de William Beckford, lui-même peint dans son enfance par Reynolds et par Hoppner, est une longue décons­truction de l'art du portrait : en tuant le modèle, la figure se décompose et le portrait devient « grotesque ». Le portrait devait néanmoins se perpétuer en Europe dans la seconde moitié du siècle où il déborda la littérature pour gagner la musique. On songe à Mozart, à Beethoven et à son ami Wegeler.

3À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle bien des écrivains de langue anglaise font un usage dramatique des portraits, surtout des portraits d'ancêtres : Matthew-Gregory Lewis dans The Monk, Anne Radcliffe dans The Mysteries of Udolpho et dans The Italian, Maturin dans Melmoth et Edgar Poe dans « The Oval Portrait », dont parle Pascal Aquien. On doit plus tard à Charles Dickens des figures inoubliables, à commencer par celle de Mr Pickwick. Victor Sage retrace l'histoire de l'amitié entre le grand romancier victorien et le professeur Richard Owen dont l'image se reflète en particulier dans Our Mutual Friend sous les traits de Mr Venus. Pour expliquer The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde de Stevenson, Jean-Pierre Naugrette fait, selon ses propres termes, un détour par l'histoire de l'autoportrait au miroir dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle où la peinture de soi en train de se peindre équivaut à un « scénario » de la production de l'image. Selon Pascal Aquien, le portrait en tant qu'objet miroir de l'âme intéressa beaucoup les écrivains du XIXe siècle, et, en tout premier lieu, Oscar Wilde dont l'œuvre est une gigantesque galerie de portraits, depuis The Picture of Dorian Gray, jusqu'à The Portrait of Mr. W. H. en passant par A Woman of no Importance. Et Pascal Aquien d'approfondir chez Oscar Wilde la problématique de la représentation picturale qui ne cessa de passionner toute sa vie cet homme de lettres.

4Elisabeth Angel-Perez part d'Oscar Wilde pour montrer que l'avenir du person­nage portraituré reste en suspens tandis que le théâtre, lui, peut lui donner vie et mouvement et elle revient, elle aussi, sur la problématique du portrait pour montrer qu'elle éclaire autant la nature du théâtre que la dramaturgie propre au théâtre anglais contemporain. En poésie le portrait n'est pas un genre spécifique, comme le remarque fort justement Monique Lojkine qui suit le parcours du fonctionnement de la contradiction dans le portrait en poésie depuis Shakespeare jusqu'à T.S. Eliot. On peut le trouver aussi bien dans le théâtre en vers que sous tout autre forme de poésie.

5Pour illustrer l'art du portrait dans le roman moderne, Marc Porée a choisi l'œuvre de Salman Rushdie chez qui il distingue le portrait-figuration et le portrait-charge et après une analyse des personnages rushdiens, il définit le portrait littéraire « comme un segment du texte dont le trait distinctif serait le discours descriptif rapporté à un personnage ». La psychanalyse nous apprend que le stade du miroir est une étape importante dans la formation du Je. C'en est une autre que de savoir recréer sa propre image. Elle suppose dans le cas de l'autoportrait littéraire une sorte de dédoublement, comme si le moi représenté était différent du moi représentant. Michel Gresset signale, comme il le dit lui-même, que l'étude de l'autoportrait et de ses attendus fantasmatiques dans la fiction de Faulkner permet peut-être de situer la littérature par rapport à la psychanalyse comme l'étape intermédiaire, non accomplie, d'un processus qui devrait mener à l'accomplissement de désirs d'accomplissement, et son analyse révèle « qu'il existe dans l'oeuvre de ce romancier américain un autoportrait de l'artiste comme foyer sédentaire des fantasmes les plus violents ».

6Peut-on conclure de la lecture des textes rassemblés ici à la prééminence du portrait littéraire sur le portrait pictural ? La réponse à cette question se trouve encore une fois, peut-être, chez Roland Barthes : « Si littérature et peinture cessent d'être prises dans une réflexion hiérarchique, l'une étant le rétroviseur de l'autre, à quoi bon les tenir plus longtemps pour des objets à la fois solidaires et séparés, en un mot classés ? Pourquoi ne pas annuler leur différence (purement substantielle) ? Pourquoi ne pas renoncer à la pluralité des « arts », pour mieux affirmer celle des « textes » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Arnaud, « Avant-propos », Sillages critiques [En ligne], 2 | 2001, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/3815

Haut de page

Auteur

Pierre Arnaud

Professeur à l'Université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Il est l'auteur de Ann Radcliffe et le fantastique (Aubier, 1976), du Préromantisme anglais (en collaboration avec J. Raimond, PUF, 1980), de plusieurs articles (dans Etudes Anglaises et XVII-XVIII, Confluences, Les Langues Modernes) et d'un certain nombre de traductions (chez Belfond, Lafont et Gallimard). Fondateur en 1996 de Sillages Critiques et en 1984, avec J.-J. Lecercle et A. Topia, de la revue Tropismes (Université de Paris X), il est Président d'honneur de la Société d'Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org