Navigation – Plan du site

Avant-Propos

Ecrire après/ écrire d’après ? ou l’imitation en question
Pierre Iselin

Texte intégral

Ecrire après/ écrire d’après ? ou l’imitation en question

  • 1  Oxford Latin Dictionary,  entrée “imitor”. ed. P.G.W. Glare, Oxford University Press, 1982.
  • 2  Dictionnaire historique de la langue français, entrée “imiter”. dir. Alain Rey, Dictionnaires Le R (...)

1Les dictionnaires nous enseignent que le verbe déponent latin « imitari »1 et le français « imiter » ont une évolution sémantique commune : ils s’appliquent d’abord à la reproduction d’une action ou d’un exemple, puis à celle d’un modèle, avant de prendre le sens de « contrefaire »2. L’imitation, transitive par définition, implique un dialogue, et une reconnaissance : imiter — copier, rivaliser, interpréter, traduire, honorer, subvertir ou contrefaire —, c’est d’abord ressembler, et donc reconnaître.

2Comment auteurs, artistes et traducteurs perçoivent-ils et définissent –ils ce rapport complexe et souvent paradoxal au modèle depuis la Renaissance ? Comme volonté ou comme contrainte ? Choix délibéré d’un procédé ou processus inhérent à toute création ? Pratique matricielle ou suicidaire ? Appropriation mimétique ou moyen de s’inventer soi-même et de découvrir « the Shakespeare in us » (Emerson) ? Héritage intériorisé ou corps à démembrer ? Autant de questions auxquelles tentent de répondre les études réunies dans ce volume, trace des travaux de recherches de VALE.

3D’Aristote, dans le chapitre IV de La Poétique, à Hegel, l’imitation de la réalité n’a cessé de fournir la réflexion théorique sur l’art. Si pour le premier, elle est l’une des deux causes naturelles qui donnent naissance à la poésie, et provoque le plaisir, elle n’est pour le second qu’artifice et ne conduit qu’à l’ennui (« D'une façon générale, il faut dire que l'art, quand il se borne à imiter, ne peut rivaliser avec la nature, et qu'il ressemble à un ver qui s'efforce en rampant d'imiter un éléphant» Hegel,13).C’est dans le paragone que s’exprime la rivalité des arts à représenter le monde, afin d’imiter la nature, et simultanément de l’amender en beauté et en perfection. Pour Léonard de Vinci, qui distingue l’imitation de la nature et celle d’un autre artiste, « la peinture est une poésie muette et la poésie une peinture aveugle ; l'une et l'autre tendent à l'imitation de la nature selon leurs moyens » (Léonard de Vinci 90).

4Concurremment, s’élabore à la Renaissance une théorie de l’imitation, celle de l’autre artiste. L’imitation consiste alors à faire quelque chose de neuf à partir de l’art d’un autre. Dans une lettre à Boccace, Pétrarque évoque l’imitation de Virgile en ces termes : « le véritable imitateur devrait veiller à ce qu’il écrit ressemble à l’original sans le reproduire. » (Pétrarque, Lettre à Boccace, T. Greene, 95). L’imitatio enseignée dans les grammar schools repose ainsi sur l’idée que ce que fait l’imitateur ne doit pas être mis en évidence, qu’il lui faut à la fois changer (découper, réorganiser, redistribuer), et dissimuler ces changements. Toute réécriture d’un texte implique bouleversements, revirements, inversions, mises en pièce. C’est évidemment le cas des pièces de Shakespeare, qui ébranlent le statut absolu du texte précurseur tout en attirant l’attention sur les circonstances particulières de leur production. Emerson, plus tard et ailleurs, fera de Shakespeare la figure du créateur par excellence, à la fois le plus endetté des hommes, et celui qui emprunte noblement (Emerson, 710 sq et 611-763).

Haut de page

Bibliographie

EMERSON, Ralph Waldo. « Shakspeare ; or, the Poet (710-726) » Essays and Lectures, Nature ; Addresses, and Lectures, Essays : First and Second Series, Representative Men, English Traits, The Conduct of Life. New York : The Library of America,1983, 611-763.

GREENE, Thomas M.. The Light in Troy : Imitation and Discovery in Renaissance Poetry, New Haven : Yale University Press, 1982.

HEGEL, Georg W. Friedrich. Esthétique : Textes choisis par Claude Khodoss, Paris : Presses Universitaires de France, 1998.

LÉONARD DE VINCI. Traité de la Peinture, traduit et reconstruit pour la première fois à partir de tous les manuscrits par André Chastel [avec la collaboration de Robert Klein], Paris : Club des Libraires de France, coll. « Destins de l'art », 10, 1960. Rééd. Traité de la peinture, Paris, Berger-Levrault, 1987. 

Haut de page

Notes

1  Oxford Latin Dictionary,  entrée “imitor”. ed. P.G.W. Glare, Oxford University Press, 1982.

2  Dictionnaire historique de la langue français, entrée “imiter”. dir. Alain Rey, Dictionnaires Le Robert, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Iselin, « Avant-Propos », Sillages critiques [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 10 février 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/3804

Haut de page

Auteur

Pierre Iselin

Université Paris Sorbonne (VALE EA 4085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org