Navigation – Plan du site

Introduction

Marie Pecorari et Élisabeth Angel-Perez

Texte intégral

1Ce volume rassemble une sélection des communications prononcées dans le cadre du colloque « Métamorphoses de la Voix sur la scène » organisé, en juin 2011, à Paris-Sorbonne par VALE EA 4085, avec la contribution de CECILLE (Lille 3) et de l'EA 3458 (Paris-Ouest-Nanterre-La Défense) et envisage les problématiques liées à l’exercice théâtral dans sa dimension phénoménologique, acoustique, structurelle, voire politique.

2Au théâtre, art ventriloque s’il en est, la voix pose la question double de l’incarnation et de la désincarnation, de l’identité et de l’altérité. La voix au théâtre, donc, remembre la trace, redonne corps, sinon chair, au signal, au spectral. Elle est toujours miracle d’incarnation (par nature, le théâtre fait entendre la voix des morts sur le mode de la prosopopée) et triomphe de la « décarnation » : à la fois victorieuse et vaincue, elle présente et absente l’énonciateur dans un même mouvement contradictoire.

3Tout changement de registre vocal, d’intonation, aussi infime soit-il, recompose la scène dans son ensemble. « Signature intime du comédien », « peau du langage », pour reprendre les mots bien connus de Roland Barthes, la voix porte le texte dans un ailleurs de la littérature : la scène. Qu’il y ait discorde ou accord, l’accès à la scène relève de la nécessité du genre et libère un discours dont l’expression par la voix est programmé dans l’écriture. Vivifié par le surcroît de plasticité que lui confère la mise en voix, le texte n’a d’autre choix que d’accepter la loi d’une interprétation qui le limite, l’éclaire ou l’obscurcit.

4Le théâtre est donc le lieu où le corps vu porte la voix de l’autre. Si la schize liminale au théâtre (le « dire “je” » de l’acteur) permet de se débarrasser de l’identitaire, elle ouvre sur une polyphonie, un jeu de voix, qui seuls permettent de faire advenir le sujet ou de l’enfouir à tout jamais. Ce sont précisément ces inflexions, métamorphoses et mues, ces voix « qui jouent à être autres » qui sont l’objet des travaux présentés ici.

5Mise à distance dans la pratique théâtrale, la voix sur la première scène professionnelle est structurellement voix de l’autre (en l’absence de comédiennes dans le théâtre élisabéthain), induisant jeux de rôle sexués, déguisement, usurpation, travestissement. Ces mutations travaillent le corps même de l’acteur, puisqu’elles donnent à voir autant qu’à entendre la mue, le silence, le cri, le passage de la parole au chant. L’opéra naissant, sur une autre scène, donne à repenser les frontières du dramatique, du poétique et du musical.

6Plus que tout autre, le théâtre contemporain fait jouer la voix au-delà de la parole : franchissant les frontières de la langue, les voix « déprises » du sujet postmoderne, post-national se donnent en spectacle et permettent seules de dire l’intime. Leurs modalités sont plurielles et ce colloque aura pour vocation de les interroger : de la voix parlée à la voix chantée, du cri à la litanie, du murmure à l’aria, la voix semble être ce qui demeure quand tout le reste a disparu.

7La voix ne trouve sa liberté qu’au prix d’une construction : puisque les voix faibles ou peu entraînées peinent à se faire entendre sur scène, il leur faut apprendre à muer. Lors d’un processus qui allie rigueur de lecture et contrainte du corps, le travail tente un compromis entre effets recherchés et possibilités techniques. Ce geste de construction est redoublé lorsqu’on entreprend de rendre familière une voix étrangère, si l’on envisage, comme le faisait Antoine Vitez, le metteur en scène comme un traducteur.

8Les travaux présentés ici s’intéressent donc à tous les aspects de la voix comme phénomène. Au cœur de ce volume, la question de la métamorphose, c’est-à-dire, du passage d’un état de la voix à un autre.

9C'est en tenant compte de l'esprit du sujet – souplesse et volatilité – que nous avons choisi de structurer le volume a minima. Le classement des articles par aire culturelle et période ne doit pas dissimuler les liens qui les unissent. C'est plutôt la richesse de ces échos que leur absence qui nous ont contraintes à revenir vers une organisation plus conventionnelle du volume, faute de pouvoir rendre compte de la complexité des liens possibles. De même que la métamorphose n'est pas toujours transformation linéaire et transition irréversible d'un état à un autre, il faut envisager le volume dans une dynamique de lecture analogue à celle d'une « pièce paysage ».

10On pourra par exemple voir comment l’émergence de nouveaux genres musicaux ou les nouvelles modalités dramaturgiques de la voix font advenir une nouvelle définition des identités sexuées (Dubois, Laroque). Dans ce prolongement, on pourra s'interroger sur les spécificités de la représentation de la voix féminine (Schütz, Ayache, Aquien).
La réflexion sur les frontières du genre pourra être mise en regard d'une interrogation sur l'identité de la matière textuelle lorsqu'elle entre en contact avec un medium ou un dispositif étranger ou imposé. On se penchera ainsi sur les rapports entre parlé et chanté (Aquien), entre voix et mutisme (Khamphommala), entre voix et contraintes scénico-acoustiques (Smith) ; sur la prise en charge par l'écrit d'une oralité destinée à être revocalisée (Longuenesse, De Simone), sur les modifications du statut vocal suscitées par une intervention musicale (Rousseau), ou sur la traduction d'un texte écrit soumis aux exigences d'une mise en voix ultérieure (Vatain).

11Cette exploration des limites peut devenir la matière même du spectacle, et donner lieu à des formes de métathéâtre inscrites dans le dispositif dramaturgique textuel (Angelaki, Ayache, Pecorari) ou étayées par un usage ludique de la technologie de plateau, donnant en spectacle la désarticulation entre corps et voix (Finter, Bouteille-Meister).

12La renégociation du pacte spectatoriel induite par l'interpellation métathéâtrale peut aussi passer par la prise en charge vocale d'un matériau déstabilisant, potentiellement agressif (Rousseau, Pasquet, Obis), dans un glissement par lequel la voix devient le support premier de la spectacularité. Que des techniques dramaturgiques associées à l'histoire du théâtre politique soient utilisées et resémantisées (Obis), ou que la subversion s'exprime de manière allusive et intertextuelle (O'Leary), le traitement de la voix permet de contourner l'évidence expressive du logos et d'apporter une charge politique hors des conventions du didactisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Pecorari et Élisabeth Angel-Perez, « Introduction », Sillages critiques [En ligne], 16 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2835

Haut de page

Auteurs

Marie Pecorari

Université Paris-Sorbonne (CATI HDEA-EA 4086)

Articles du même auteur

Élisabeth Angel-Perez

Université Paris-Sorbonne (VALE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org