Navigation – Plan du site
Traduction, théâtre, mise en scène

Interventions d’André Markowicz et de Margaret Jones-Davies à propos de leur édition de Mesure pour Mesure

André Markowicz et Margaret Jones-Davies

Résumés

Cette interprétation du « duc des recoins sombres » découle d’une étude de l’antique querelle entre la Philosophie et l’Eloquence qui a pris un tournant nouveau dans le contexte des guerres de religion. Elle aboutit à une nouvelle lecture du mariage entre le duc et Isabelle. La théorie de la traduction d’André Markowicz découle de son expérience comme traducteur de la littérature russe. Ceci explique son choix du décasyllabe dans ses traductions des pentamètres shakespeariens.

Haut de page

Texte intégral

Note préliminaire d’André Markowicz

1Autant je me sens honoré d’être invité à un colloque de cette importance – et dans ce lieu – sur Shakespeare, autant j’ai été passionné par les communications que j’ai pu entendre, autant, au moment de rédiger ma communication à moi, je me sens gêné de faire défaut. Le fait est que, pour moi, le texte écrit et la communication orale sont deux genres très différents, et que l’écrit ne pourra pas exactement rendre compte de ce qui n’est qu’une conversation – orale, par définition –, et d’une conversation totalement improvisée. Je me sens donc incapable de transformer cette conversation en un texte construit, référencé – arrêté, pour ainsi dire, – et destiné à tous ceux qui n’auront pas été présents au moment où Margaret et moi parlions de nos expériences communes, ou plutôt parallèles, puisque c’est à Margaret que j’ai demandé d’assurer les études critiques qui accompagnent la plupart des traductions des pièces de Shakespeare que je publie aux éditions des Solitaires Intempestifs. Margaret m’a proposé de résumer la teneur de cette conversation, ce dont je la remercie du fond du cœur.

Margaret Jones Davies : André Markowicz, pourriez-vous nous parler de votre activité de traducteur qui ne se limite évidemment pas à Shakespeare ?

André Markowicz : Le traducteur rend compte de l’incertitude. Autant il est désemparé devant le texte, autant il est important de laisser le spectateur désemparé. Dans Mesure pour Mesure il y a un flottement fondateur : quel est le rôle du duc, pourquoi part-il ? Pourquoi revient-il ? C’est l’ambivalence de la mesure. Ce flottement met en cause la notion même de légitimité du pouvoir, et c’est cela, finalement, que j’ai essayé de traduire, en essayant, à chaque fois, autant qu’il m’était possible, de ne pas restreindre l’interprétation que je proposais à une seule possibilité, mais, au contraire, à faire confiance au texte de Shakespeare, de ne jamais le restreindre. Au bout du compte, ce n’est pas à moi de savoir ce qu’il veut dire – moi, d’une façon ou d’une autre, je dois juste faire attention à ne pas imposer ma propre lecture à quelque chose qui me dépasse de très loin. J’appartiens à l’école russe de la traduction : ne pas séparer forme et fond. S’il y a prose on traduit en prose, vers on traduit en vers, rimes on fait rimer. Le but n’est pas une traduction mot à mot, mais une recherche de l’équivalence de la complexité de la forme, parce que cette complexité de la forme correspond à la complexité du fond. C’est la base de toute mon entreprise de traduction de Shakespeare.

Le pentamètre iambique a servi à définir le romantisme en Allemagne et en Russie. Je suis de culture russe. L’affirmation d’une culture nationale s’est faite par des traductions de Shakespeare en pentamètres iambiques – contre l’influence française, c’est-à-dire contre l’alexandrin. Mais le pentamètre iambique russe peut être traduit facilement par un décasyllabe français et en utilisant l’expérience de traduction du pentamètre russe, je me suis mis à traduire le pentamètre iambique anglais. L’idée, encore une fois, est claire : la complexité shakespearienne ne doit jamais être réduite, et l’étrangeté (pour nous) du pentamètre ne doit pas être sacrifiée à notre habitude de tout ramener à nous-mêmes, de tout traduire en nous-mêmes, c’est-à-dire soit en alexandrin soit en vers libre (le plus souvent en une simple prose qui va à la ligne). Non, il s’agit bien de rendre compte de la distance – en sachant que notre élévation (osons ce mot) viendra de notre travail à nous : c’est à nous de faire le chemin vers les grands textes, – les textes, en eux-mêmes, ne bougent pas.

Du point de vue de la forme, les dernières pièces de Shakespeare (en gros, après Hamlet) sont encore plus complexes : la métrique devient irrégulière, le vers est souvent métriquement faux (c’est différent dans Richard III, dans Le Songe d’une nuit d’été). C’est vrai dans Mesure pour mesure. Je traduis alors les vers faux par des vers faux, aussi parce que ces « vers faux » ne semblent pas faux par hasard. Chaque vers faux détermine un point de sens particulier, une faille de la pièce. La métrique devient signifiante. Tout concourt à donner une impression de flottement et d’incertitude.

J’ai traduit Mesure pour mesure pour la mise en scène de Jean-Yves Ruf, créée en 2008 à Bobigny. Mais je n’ai pas traduit pour « le plateau », ce qui aurait supposé que je m’adapte à je ne sais quelle loi non-écrite d’une écriture scénique. Non, j’ai traduit avec. Je veux dire que Jean-Yves, non seulement a accepté cette complexité de ma traduction, mais, en me demandant de justifier chaque mot, m’a rendu encore plus attentif, si possible plus intransigeant. Il s’agissait bien d’essayer, sur le plateau aussi, de rendre compte de styles historiquement marqués, aussi divers que possibles (allant, comme pour toutes les grandes pièces shakespeariennes, de la contrepèterie au dialogue philosophe, en passant par des instants d’une beauté lyrique à vous couper le souffle), et de le faire, ici et maintenant, ensemble. Il n’a jamais été question de compromis, de rendre les choses « plus faciles à dire » – les acteurs, magnifiques (je pense à Jérôme Derre, Eric Ruf, Laetitia Dosch – et je n’oublie pas les autres), ont tous porté ce texte avec la même ferveur.

Je cède à présent la parole à Margaret qui va nous présenter son interprétation de la pièce.

Margaret Jones-Davies : Je vais maintenant dire quelques mots sur l’écriture de la préface à ta traduction. Je travaille toujours à partir du texte anglais puis, dans le contexte de ce que j’ai écrit, tu insères ta traduction de telle ou telle citation, parfois en la réadaptant légèrement. Je profite de cette occasion pour développer mon interprétation du « duke of dark corners », du « duc des recoins sombres » que l’on peut trouver aux pages 16-20 de notre édition. Au cours de ce petit exposé, je citerai en anglais puis je donnerai ta traduction.

  • 1 Vickers, 179.
  • 2 Vickers, ibid., 189

La bataille entre Philosophie et Éloquence a son origine dans le mépris qu’avait Platon pour l’Éloquence qu’il rendait responsable des maux de la cité, en particulier de la tyrannie et de la calomnie. Cicéron réhabilite la rhétorique, accusant les philosophes qui minimisent l’Éloquence de ne pas prendre part à la vie de la Cité, de se terrer lâchement « in angulis », refusant de transmettre leur sagesse et empêchant la Cité d’en bénéficier. Dans In Defence of Rhetoric (1988), Brian Vickers décrit ce débat séculaire et explique qu’il est repris pendant la Renaissance italienne avec Lorenzo Valla qui utilise cette même métaphore dans le De Voluptate de 1431 : « nous constatons que les orateurs parlaient des sujets les plus importants et les plus intéressants au centre des villes, avant que les philosophes se mettent à jacasser dans leurs coins et recoins »1. Vickers montre ensuite que le débat prit un tour religieux au 16e siècle lorsque le protestant Philippe Mélanchton se mit à défendre les orateurs contre les anciens philosophes scolastiques2 que les Réformateurs appelaient les « obscuri viri ».

Dans ce contexte, le duc Vincentio, « the old fantastic duke of dark corners » (4.3.156) [« ce vieux lunatique des coins sombres » p. 137] semble jouer le rôle d’un philosophe scolastique catholique puisqu’il dit clairement qu’il a été envoyé à Vienne par le Pape lui-même : « I am a brother/ Of gracious order, late come from the See/ In special business from his Holiness » (3.2.212-14).[« Je suis frère d’un ordre plein de grâce/ Et j’arrive de Rome, sur mission /Toute spéciale de sa Sainteté » p. 111. Les premiers mots qu’il prononce, les premiers mots de la pièce soulignent son refus de s’exprimer sur les affaires du pouvoir : « Of government the properties to unfold/ Would seem in me t’affect speech and discourse, /Since I am put to know that your own science/ Exceeds, in that, the lists of all advice/ My strength can give you » (1.1.3-7) [« Vous exposer le bon gouvernement/ Serait pour moi sembler aimer les phrases, puisque je sais que votre propre science/ Surpasse toute borne des conseils/ Que je puis vous donner sur le sujet » p. 29] le mot « unfold » traduit ici par « exposer » suggère l’abondance de la copia, cet art erasmien consistant à développer une idée sous toutes ses formes possibles.

Isabelle représente l’idéal cicéronien de l’Eloquence, reliant cor et lingua, comme on le voit dans ses paroles à Angelo : “Go to your bosom, / Knock there, and ask your heart what it doth know/ That’s like your brother’s fault ; if it confess/ A natural guiltiness such as is his/ let it not sound a thought upon your tongue” (2.2.137-141) [Entrez dans votre Cœur, demandez-lui / S’il connaît quelque chose qui ressemble /Au péché de mon frère : s’il avoue / La même culpabilité que lui,/ Alors, même en pensée, que votre langue/ ne dise rien contre sa vie »p.73].

Angelo est l’orateur dangereux dont se méfiait Platon : il oppose res et verba. C’est un homme de mots vides, séparés du cœur comme on le voit dans sa prière où les deux mots « cœur » et « langue » réapparaissent : “Heaven hath my empty words,/ Whilst my invention, hearing not my tongue/ anchors on Isabel. God in my mouth,/ As if I did but only chew His name,/ And in my heart the strong and swelling evil/ Of my conception” (2.4.2-7). [« Au Ciel, mes phrases vides ;/ Mon imagination, sourde à ma langue, / S’ancre sur Isabelle. J’ai en bouche/ Un Ciel don’t je ne mâche que le nom/ Et j’ai au cœur le mal qui enfle et brûle/De mon idée » p. 79]

Lucio représente la propensité des orateurs à calomnier, contre laquelle Platon mettait en garde. En tant que tel, il devient la cible de la sévérité apparemment excessive du duc.

Comme la bataille fait rage entre les protagonistes au point d’atteindre un pic tragique, on voit apparaître entre les lignes, l’ancienne querelle de Philosophie et d’Éloquence. Mais elle aboutit à une fin heureuse dans la comédie avec le mariage de Vincentio et d’Isabelle, véritable mariage allégorique entre la Philosophie et l’Éloquence lorsque le duc peut enfin « unfold » [exposer, dévoiler] ce qui était caché dans les coins sombres de son cloître catholique. Ne sachant rien des intentions du duc, réduite à croire que son frère avait été exécuté pour qu’elle puisse mesurer la cruauté de sa propre obstination stoïcienne ou puritaine, Isabelle utilise le même mot « unfold » que le duc avait rejeté dans les premiers vers de la pièce : « O you blessed ministers above,/ Keep me in patience, and with ripened time/ Unfold the evil which is here wrapped up/ In countenance » (5.1.118-21) [« Anges du Ciel, gardez moi la patience, /Et dévoilez, quand le temps sera mûr, / Le mal drapé ici dans sa noblesse » p. 149]. La pièce souligne la victoire d’une éloquence qui a été humanisée par les vieux idéaux catholiques des scolastiques – qui n’étaient pas tous des « obscuri viri ». C’est le duc philosophe des recoins sombres qui à la fin dévoilera – au centre de la cité – la vérité de tous ces maux. Dans un tel contexte, le mariage entre le duc et la religieuse que la critique voit, la plupart du temps, comme un mécanisme utile bien qu’artificiel pour faire passer l’action de la tragédie à la comédie, peut être interprété comme soulignant la possibilité d’une union entre les catholiques, caricaturés en comploteurs silencieux et les Réformateurs qui revendiquent l’ouverture de l’éloquence et de la transparence. De plus le mariage était très valorisé par les protestants qui contestaient la valeur morale suprême attribuée à la virginité par les catholiques. Derrière les masques de Vincentio et d’Isabelle, le moine Luther courtise et épouse sa religieuse. La pièce écrite en 1604 rappelle à ses spectateurs l’idéal de paix religieuse que le nouveau roi défendait ardemment, espérant mettre un terme aux guerres de religion.

Haut de page

Bibliographie

Markowicz, André, trad. Mesure pour mesure, Préface de Margaret Jones-Davies, Paris, Les Solitaires Intempestifs, 2008.

Vickers, Brian, In Defence of Rhetoric, Oxford, Oxford University Press, 1988, rpt 1990 (Clarendon Paperbacks).

Haut de page

Notes

1 Vickers, 179.

2 Vickers, ibid., 189

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Markowicz et Margaret Jones-Davies, « Interventions d’André Markowicz et de Margaret Jones-Davies à propos de leur édition de Mesure pour Mesure  », Sillages critiques [En ligne], 15 | 2013, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2732

Haut de page

Auteurs

André Markowicz

A traduit, entre autres, les Œuvres complètes de Dostoïevski, le « Théâtre complet » de Gogol, « Eugène Onéguine » de Pouchkine et les poèmes lyriques des poètes de sa génération, poèmes regroupés dans un livre intitulé « Le Soleil d’Alexandre » chez Actes Sud, ainsi que tout le théâtre de Tchekhov en collaboration avec Françoise Morvan. Pour ce qui est de Shakespeare, a traduit avec Françoise Morvan, Le Songe d’une nuit d’été aux Solitaires Intempestifs. Puis,seul,chez le même éditeur, Titus Andronicus, Richard II, Richard III, Hamlet, Macbeth, Timon d’Athènes, Othello, Comme il vous plaira, Troilus et Cressida, La Tempête, Beaucoup de bruit pour rien et La Nuit des rois (à paraître). La traduction de Mesure pour mesure fut une commande de Jean-Yves Ruf pour sa mise en scène créée en 2008. Depuis 1990, André Markowicz a participé à une centaine de mises en scène de ses traductions. Il a en outre publié deux livres de poèmes « non traduits » : Figures, éd. du Seuil, 2007. Les Gens de cendre, ed. Publie net, 2012. Deux autres livres doivent paraître en décembre 2012 ou janvier 2013 : Herem, éd. du Dernier Télégramme. L’Emportement, ed. Publie net.
André Markowicz has translated the complete works of Dostoyevsky (Actes Sud), all of Gogol’s plays, Pushkin’s Eugene Onegin and the lyrical poems of his generation collected in a book entitled Le Soleil d’Alexandre. In collaboration with Françoise Morvan, he also translated all of Chekhov’s plays and Shakespeare’s A Midsummer Night’s Dream (Les Solitaires Intempestifs). His translations of Titus Andronicus, Richard II, Richard III, Hamlet, Macbeth,Timon of Athens, Othello, As You Like It, Troilus and Cressida, The Tempest, Much Ado about Nothing and forthcoming, Twelfth Night have all been published by Les Solitaires Intempestifs. His translation of Measure for Measure has been made for Jean-Yves Ruf in view of his production of the play in 2008. Since 1990, André Markowicz has taken part in about a hundred productions of his translations. He has published two books of his own poems, Figures, Paris, Seuil, 2007, Les Gens de cendre, ed. Publie Net 2012. Two other books will be published shortly: Herem, ed. du Dernier Télégramme and L’Emportement, ed. Publie Net.

Margaret Jones-Davies

Margaret Jones-Davies, Maître de conférences à l’Université de Lille III jusqu’en 1985 et à Paris-Sorbonne jusqu’en 2012 a écrit de nombreux articles sur Shakespeare. Elle est l’auteur de préfaces à des traductions françaises de Shakespeare par Jean-Michel Déprats (Richard II, Collection Folio-Théâtre et Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard. Cymbeline, Editions Théâtrales) et par André Markowicz (Timon d’Athènes, Troilus and Cressida, Mesure pour Mesure, Macbeth, Hamlet, Othello, Richard III, Comme il vous plaira, Le Roi Lear, et à paraître : La Nuit des Rois.) Elle poursuit une recherche sur Shakespeare et le nominalisme et prévoit d’autres préfaces pour Gallimard et Les Solitaires Intempestifs.
Margaret Jones-Davies, Associate Professor at the University of Lille III until 1985 and at Paris-Sorbonne until 2012 has written many articles on Shakespeare. She is the author of prefaces to French translations of the plays by Jean-Michel Déprats (Richard II, Collection Folio-Théâtre and Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard. Cymbeline, Editions Théâtrales), and by André Markowicz (Timon of Athens, Troilus and Cressida,Measure for Measure,Macbeth, Hamlet, Othello, Richard III, As You Like It, King Lear, and forthcoming: Twelfth Night). She is working on Shakespeare and Nominalism and preparing other prefaces for Gallimard and Les Solitaires Intempestifs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org