Navigation – Plan du site
Sexualité, surveillance

La violence sexuelle dans Mesure pour mesure

Yves Thoret

Résumés

Isabella est victime d’un chantage sexuel quand elle sollicite auprès d’Angelo la grâce de son frère. Cette contrainte psychique est une forme de viol. Stigmatisée, la victime peut avoir une réaction dominée par la honte, le silence, l’auto-dépréciation, voire le suicide comme Lucrèce. D’autres peuvent se venger directement comme Titus Andronicus et sa fille Lavinia. Dans Mesure pour mesure, écrite quelques douze années après cette première tragédie de vengeance, Isabella ose, Isabella ose protester publiquement contre son agresseur et réclamer, par la loi, justice. Shakespeare compare cette expérience traumatique à un arbre dont on ôte l’écorce. Au début, Isabella invoque une figure paternelle cruelle et déshumanisée, superficiellement incorporée. Ensuite, grâce au soutien patient du Moine-Duc, elle peut élaborer une figure paternelle introjectée, d’après le modèle proposé par les psychanalystes français Nicolas Abraham et Maria Torok. Ce soutien transférentiel permet à Isabella de résister à la stigmatisation des victimes de violence sexuelle.

Haut de page

Texte intégral

La violence sexuelle entre Isabella et Angelo

1Étudier la sexualité sous tous ses aspects dans cette pièce, serait un sujet trop vaste. Je me suis concentré sur la violence sexuelle, telle qu’elle s’exprime dans les trois scènes où Isabella se confronte à Angelo, la première supplique (acte 2, scène 2), le chantage sexuel (acte 2, scène 4) et la dénonciation publique (acte 5, scène 1).1

La première supplique (2.2)

2Une jeune fille, Isabella, sur le point d’entrer au couvent comme novice, est sollicitée par un ami pour tenter de sauver son frère Claudio, accusé de fornication et condamné à mort par le nouveau et très sévère régent de Vienne, Angelo.

3Elle en appelle à son cœur, à son sein, (go to your bosom, 2.2.137), à ses émois sensuels même, à ce qu’il est lui-même réellement aux yeux du Juge Suprême.

4Angelo expose son obsession de puritain de traquer le mal de la fornication hors mariage, dès sa toute première conception ou même quand il est sur le point de l’être, puis de risquer d’éclore et de venir au jour afin de se multiplier. Il souhaite éradiquer, faire avorter cette semence du mal et ses produits.

5Isabella ne se laisse pas impressionner par son autorité et lui renvoie une interprétation de son désir géant de puissance illimitée : l’homme, fragile, modeste, en son essence de verre (his glassy essence, 2.2.121), méconnait ses limites, au risque de faire pleurer les anges, ou pire, de les faire rire. Il est donc plus sage de renoncer à la toute-puissance et de respecter la mesure de son pouvoir, avec le principe de modération.

6Angelo ressent une nouvelle et forte attirance pour la jeune femme, sa maîtrise psychologique, son courage et surtout sa beauté fragile et pure. « Elle parle, et c’est avec tant de sens / Que mes sens en sont émus. » (2.142-3)

Il la convoque pour un nouvel entretien.

7Resté seul, il ressent à la fois une crainte de se laisser tenter et, peut-être, le début d’un sentiment amoureux pour cette vierge vertueuse : « désirer tant l’entendre encore lui parler et vivre une fête à rencontrer son regard ».

Le chantage sexuel (2.4)

8Avant de la recevoir, il évoque le trouble qui l’attire vers cette jeune fille, ce trouble qu’il ressent comme « le mal vigoureux et croissant de sa conception ». Physiquement, tout autant :

Pourquoi mon sang afflue-t-il ainsi à mon cœur,
Le rende lui-même impuissant
Et dépossède tous mes autres organes
De leur vigueur nécessaire ? (2.4.20-23)

9En présence de la belle Isabelle, il découvre alors son désir et lui propose d’accorder la liberté à Claudio si elle accepte son chantage sexuel :

Que préféreriez-vous ? Que la loi la plus juste
Prenne maintenant la vie de votre frère ; ou que, pour le racheter,
Vous soumettiez votre corps à la même salissure voluptueuse
Que la femme qu’il a souillée. (2.4.51-5)

10Un peu plus tard, il précise sa proposition, en soulignant combien son influence et son pouvoir peuvent obtenir la grâce du prisonnier :

Et qu’il n’y ait pas sur terre
D’autre moyen de le sauver
Que de livrer les trésors de votre corps
A cet homme supposé. (2.4.94-7)

11Emportée par sa plaidoirie, Isabella prend tous les risques et a une réaction masochique. Elle confie à Angelo qu’elle serait prête à donner sa vie et à subir un martyre chrétien, à se sacrifier pour son frère, auquel elle reste liée par une relation fusionnelle :

Autant pour mon pauvre frère que pour moi-même,
Fussè-je sous le coup d’un verdict de mort,
Les marques du fouet cinglant je les porterais comme des rubis
Et me dévêtirais pour la mort comme pour un lit
Désiré depuis longtemps, plutôt que d’offrir
Mon corps à la honte. (2.4. 99-104)

12A cette posture masochique, Angelo répond sur le mode sadique, en ajoutant une nouvelle menace envers Claudio :

J’ai commencé,
Et désormais je lâche la bride à ma fougue sensuelle,
Plie ton consentement à mon désir aigu […]

Rachète ton frère
En livrant ton corps à ma volonté ;
Ou bien, non seulement il subira la mort,
Mais ta dureté contre nature prolongera sa mort
Par une lente torture. (2. 4. 158-160, 162-166)

La dénonciation publique

13Qu’est-ce qui donne à Isabella l’énergie et le désir de porter son affaire sur la place publique, de faire une transgression publique en réponse à une transgression secrète ?

14Le fait que le duc-moine continue de lui cacher que Claudio ait échappé à la décapitation est en soi moteur car il place Isabella dans la position de dernier membre vivant de la famille et c’est donc à elle de défendre leur honneur, au nom de toute la famille. Cette situation l’amène à se paternaliser, comme le dit Don Pedro de la fille de Léonato, Héro, dans Beaucoup de bruit pour rien : Truly, the lady fathers herself.2

15En vérité, sa fille se paternalise, elle proclame d’emblée son père, de par sa ressemblance avec lui.

16On retrouve le même processus de maturation de la fille en représentante du père, dans le personnage de Portia, dans Le Marchand de Venise, quand elle se déguise en homme et en avocat pour défendre son mari devant le tribunal.

17Dans la dernière scène de la pièce, on est à l’air libre sur la grand’place de Vienne où Angelo, Escalus et la population acclament le retour du duc. Isabella prend tous les risques : elle s’élance devant lui pour demander justice, en tant que vierge outragée (wrong’d […] maid, 5.1.22) par un violeur de vierge (virgin-violator, 5.1.43), en désignant Angelo. Elle expose sa requête en dominant sa honte :

Il refusait, sans le don de mon chaste corps
À sa luxure effrénée, concupiscente,
De relâcher mon frère.
He would not, but by gift of my chaste body,
To his concupiscible intemperate lust,
Release my brother. (5.1.100-103)

18Elle continue sa confession qui devient un réquisitoire public :

Et, après un long débat,
Ma compassion de sœur l’emporte sur mon honneur,
Et je lui ai cédé.
And after much debatement,
My sisterly remorse confutes mine honour,
And I did yield for him (103-104)

19Elle ajoute la seconde trahison qui rend inutile son sacrifice, une fois le désir assouvi (his purpose surfeiting, 5.1.105), suprême mépris :

Mais le lendemain matin,
Son désir assouvi, il envoie l’ordre
De décapiter mon frère. (5.1.105-106)

20Isabella, Shakespeare y tient, obtiendra justice. Le duc veut bien lever la punition d’Angelo pour l’abus sexuel sous contrainte, on peut dire le viol, afin de permettre à l’ancienne fiancée d’Angelo, Marianna, de l’épouser enfin, mais il maintient la sentence de mort pour avoir ordonné l’exécution de Claudio. Ce sera la dernière intervention d’Isabella quand elle se met à genoux pour demander avec Marianna la clémence pour Angelo, car il n’a eu de mauvaises intentions, qu’après avoir posé les yeux sur elle.

21Elle ne parlera pas, même quand Claudio, sauvé en secret, réapparaît et que le duc la demande en mariage.

Les figures et conséquences principales de la violence sexuelle

22Dans cette seconde partie de la lecture de la pièce, je vais mentionner brièvement certaines métaphores et conséquences de ce que peut vivre la victime d’une agression sexuelle. Les victimes réagissent souvent de trois manières :

  • Par la honte, l’auto-accusation, le silence, le refus de toute démarche, voire le suicide (comme dans Lucrèce) ;

  • Par la vengeance contre l’agresseur, exercée par la victime et ses proches, avec une cruauté sans limite (comme dans Titus Andronicus), où elle prend la forme d’un banquet au cours duquel on fait manger au coupable ou à l’ instigatrice du viol, la chair de leurs propres enfants. Ce monstrueux banquet vient profaner la grossesse et l’enfantement de l’enfant par la mère (Bernard) ;

  • Enfin, par la quête de justice, exercée par des tiers, en application de la loi (comme dans Mesure pour mesure). Cette pièce a été écrite en 1604, alors que Le viol de Lucrèce et Titus Andronicus ont été écrits respectivement dix et douze ans plus tôt.

La honte, comme un arbre privé d’écorce

23Lucrèce perçoit le viol comme un traumatisme majeur qui la prive de toute protection, de toute couverture. Freud considère que le traumatisme détruit le pare-excitations du psychisme. Didier Anzieu a décrit la notion de « moi-peau » qui protège l’enveloppe corporelle et aussi le Moi contre tout danger extérieur.

24Lucrèce décrit sa fragilité et sa détresse après l’agression ainsi :

Hélas ! Qu’on arrache au pin altier son écorce, et ses feuilles se flétriront et sa sève se tarira. Ainsi de mon âme dont l’écorce fut arrachée.3

25Cette métaphore montre combien la honte peut conduire la victime au silence, à l’auto-accusation et même, comme Lucrèce, au suicide. La victime est découverte, dénudée, écorchée et privée de défense contre l’extérieur. Isabella utilisait la même métaphore pour exprimer le remords que Claudio ressentirait s’il consentait au déshonneur de sa sœur :

[cela] Écorcerait de son honneur ce corps que vous portez,
Et vous laisserait nu.

Would bark your honour from the trunk you bear,
And leave you naked. (3.1.70-72)

Le père cruel, père incorporé

26Après le viol ou la violence sexuelle, la personne peut devenir aussi la victime d’une image paternelle rigide, punisseuse, monolithique, comme une armure rouillée, fixée à jamais, plaquée sur le sujet à un point qui fut le siège d’une agression ou d’une perte irréparable.

27Pour les psychanalystes français Nicolas Abraham et Maria Torok, cette figure cruelle est « incorporée », rivée au sujet sans aucune élaboration psychique et sans échange affectif ou transférentiel. Elle est enfermée dans ce qu’ils appellent une crypte dont elle s’échappe parfois pour venir hanter, comme un spectre, les rêves et le vécu du sujet, et parfois, verrouiller la chasteté d’un descendant.

28On en trouve l’illustration quand Isabella voit son frère préférer la mort plutôt que d’accepter le déshonneur de sa sœur : « Là, c’est mon frère qui vient de parler. C’est la tombe de mon père qui a fait retentir sa voix. »

There spake my brother: there my father’s grave
Did utter forth a voice. ( 3.1.85-6)

29Par contre, quand Claudio se ravise et la supplie d’accepter le chantage, elle récuse l’idée qu’il soit du même père qu’elle pour n’être qu’un rejeton sauvage issu d’un autre sang.

30C’est à ce moment crucial de leur rencontre qu’Isabella évoque une honte supplémentaire, une forme d’inceste :

N’est-ce pas une sorte d’inceste
De puiser la vie dans la honte de sa propre sœur ?

Is’t not a kind of incest, to take life
From thine own sister’s shame?
(3.1.138-39)

31En la poussant dans les bras d’Angelo, Claudio agirait comme un proxénète (Bawd), issu de la famille. Mais le pardon qu’Isabella et Claudio s’échangent au cours de la pièce vient constituer un antidote à l’inceste. Ils n’ont rien à voir avec Antiochus et sa fille qui, dans Périclès, vivent une relation incestueuse sans aucune culpabilité.

32Cette réaction de père noble qui accomplit un « crime d’honneur » se retrouve chez Titus tuant sa fille une fois leur vengeance accomplie, et dans la réaction du père de Héro, dans Beaucoup de bruit pour rien, prêt à se suicider et à sacrifier sa fille, objet de scandale.

33Mais Shakespeare fait apparaître aussi des figures paternelles protectrices, compatissantes et réconfortantes auprès de la victime ; ce sont le père de Lucrèce, l’oncle de Lavinia, Marcus dans Titus Andronicus et, bien sûr, dans Mesure pour mesure, le bon duc-moine qui est la nouvelle figure de bon père, nettement plus âgé qu’Isabella et Angelo.

La figure paternelle introjectée, guidant la victime vers l’étoile du matin.

34Nicolas Abraham et Maria Torok ont décrit, d’après Ferenczi, le processus d’introjection (opposé à celui d’incorporation, qui n’est qu’une image) par lequel le sujet rencontre une image de père compréhensive, disponible, bienveillante, compassionnelle, affectueuse, soucieuse de soulager la peine du sujet et d’élaborer une possibilité d’espoir en une vie meilleure, après la violence subie. Cette figure parentale protectrice et bienveillante protège le sujet de la mort et concourt à lui redonner la vie, comme pendant la petite enfance.

35Le sujet lui-même, Isabella en l’occurrence, élabore, construit, féconde, développe une figure qu’elle introjecte au cours d’un travail psychique important. Pour ces auteurs, c’est ce type de personnage de référence qui est à l’œuvre dans le transfert, au sein d’un cadre bien défini et protecteur.

36Dans la pièce, le duc a choisi de se déguiser en moine. Il explique au prévôt qu’il peut sans équivoque converser avec la jeune fille qui venait visiter un prisonnier : « Mon caractère vous assure, ainsi que mon habit, qu’elle n’a rien à craindre de ma compagnie. »

My mind promises with my habit
No loss shall touch her by my company. (3.1.176-77)

37Il établit ainsi une sorte de communication privilégiée en appelant Isabella « jeune sœur », du fait de son statut de novice. C’est lui en effet qui va mettre au point les substitutions protectrices.

38Le duc-moine présente un support à une relation affective privilégiée comme peut l’être l’amour de transfert entre la patiente et le thérapeute, une autre femme pour le rendez-vous avec Angelo, une autre tête de détenu que celle de Claudio à présenter à Angelo. Il devra montrer au Prévôt le sceau ducal pour obtenir sa complicité afin de sauver Claudio. Nous nous rappelons qu’Hamlet retrouve au moment voulu le sceau de son père pour contrefaire la lettre de Claudius ordonnant aux souverains anglais de le mettre à mort.

39Au terme de tout ce parcours, le duc Vincentio, le vainqueur, voit apparaître l’étoile qui déploie, déplie, déroule, disperse, libère, révèle les mystères secrets de la situation. C’est th’unfolding star (4.2.202) qui annonce au berger l’imminence du jour, de la claire aube (clear dawn, 4.2.209) afin qu’il sache qu’il peut sans risque laisser ses moutons sortir de l’enclos (fold) pour se disperser dans les herbages (4.2.202-209). Sa mission comme celle d’un thérapeute est maintenant accomplie car « toute difficulté est vite aplanie quand on la connait. » Il est temps maintenant de sortir de l’univers fermé de la prison (métaphore de l’univers sombre, cryptique des victimes de viol) pour que la vie reprenne son cours.4

Haut de page

Bibliographie

Adelman, Janet. “Bed-tricks: or Marriage as the End of Comedy in All’s well that Ends Well and Measure for Measure. Shakespeare’s Personality. Eds. Norman N. Holland, Sidney Homan, Bernard J. Paris, Los Angeles: University of California Press, 1989, p. 151-174.

Abraham, Nicolas et Maria Torok. L’écorce et le noyau, Paris : Aubier-Flammarion, La philosophie en effet, 1978.

Anzieu, Didier. Le Moi-peau, Paris : Dunod, psychismes, 1985.

Bernard, David Alexandre. Rape and the Feminine Response in Early England and Several Shakespearean Works. Knoxville, University of Tennessee Honors Thesis Projects, 2012. http://treace.tennessee.edu/utk_chanhonorproj/1491.

Bloom, Harold. Shakespeare, the Invention of the Human, London: Riverhead, 1999, chapter 22 (Measure for Measure), p. 358-380.

Brown, Carolyn E. “Measure for Measure: Isabella’s Beating Fantasies.” American Imago, vol. 43, 1986, p. 67-80.

Brown, Carolyn. “The Wooing of Duke Vincentio and Isabella in Measure for Measure: the image of it gives (them) content.” Shakespeare Studies, vol. 22,1994, p. 189-219.

Crunelle-Vanrigh, Anny. “‘What Picture’s this? – A Pelican, my Lord.’: King Edward III in context.” Cahiers Elisabéthains, n° 77, printemps 2010, p. 1-14.

Desai, Rupin W. “Freudian undertones in the Isabella-Angelo relationship of Measure for Measure.” Psychoanalytic Review, n° 64, 1977, p. 487-494.

Déprats, Jean-Michel et Estelle Rivier. « Chez Shakespeare, il y a toujours un monstre dans l’humain ». Voir, dans le présent ouvrage, l’entretien avec S. Braunschweig sur sa mise en scène en 1997 de Mesure pour Mesure.

Diehl, Huston. “‘Infinite Space’: Representation and Reformation in Measure for Measure.” Shakespeare Quarterly, vol. 49, n° 4, hiver 1998, p. 393-410.

Eschyle. Agamemnon, antistrophe III, vers 1560-1565, in Les Tragiques grecs. Tr. fr. de V.H. Debidour, Paris : Le livre de poche, 1999.

Hawkins, Harriett. “The Devil’s Party”: Virtues and Vices in Measure for Measure.” Shakespeare Survey, n° 31, 1978, p. 105-113.

Howarth, Herbert. “Shakespeare’s Flattery in Measure for Measure.” Shakespeare Quarterly, vol. 16, n° 1, hiver 1965, p. 29-37.

Kahn, Coppélia. “The Sexual Politics of Subjectivity in Lucrece.Roman Shakespeare, London: Routledge, 1997, p. 27-45.

McCandless, David. “I’ll pray to increase your bondage”. Power and Punishment in Measure for Measure, 1998, reprinted in Shakespearean Criticism, Bristol, Michelle Lee éd., vol. 65,2002.

McEachern, Claire. “Fathering Herself: a Source Study of Shakespeare’s Feminism.” Shakespeare Quarterly, vol. 39, n° 3, automne 1988, p. 269-290.

Newman, Jane O. “‘And let mild women to him lose their mildness: Philomela, female power and Shakespeare’s The Rape of Lucrece.” Shakespeare Quarterly, vol. 45, n° 3, automne 1994, p. 304-326.

Riffer, Marcia. “‘Instruments of some more mightier member’, the Construction of Female Power in Measure for Measure. Shakespeare Quarterly, vol. 35, n° 2, été 1984, p. 157-169.

Rose, Jacqueline. “Sexuality in the reading of Shakespeare’s Hamlet and Measure for Measure.” Alternative Shakespeares. Ed. John Drakakis, London: Routledge, 2001, p. 97-120.

Shakespeare, William. Measure for Measure, ed. J.W.Lever, London: Routledge, The Arden, 1988.

Shakespeare, William. Mesure pour mesure. Tr. fr. Jean-Michel Déprats, analyse, documents et notes Anny Crunelle-Vanrigh, Montreuil : éditions théâtrales, 2008.

Shakespeare William. Much Ado about Nothing. Ed. A.R. Humphreys, London: the Arden Shakespeare,1991.

Shakespeare, William. Le viol de Lucrèce. Tr. fr. Yves Bonnefoy. Shakespeare W., Les poèmes, Paris : Mercure de France, 1993.

Shakespeare, William. Titus Andronicus. Ed. J. Bate, London: Routledge, the Arden Shakespeare, 2006.

Shell, Marc. The End of Kinship: Measure for Measure, Incest and the Ideal of Universal Siblinghood, Stanford (California): Stanford University Press, 1988.

Wilbern, David. “Rape and Revenge in Titus Andronicus.” English Literary Renaissance, n° 8, 1978, p. 159-82.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Jean-Michel Déprats, Anny Crunelle et Estelle Rivier pour leur aide précieuse dans la préparation de cet article. Toutes les citations de Mesure pour mesure sont issues de l’édition Arden de J.W. Lever et de la version française de Jean-Michel Déprats avec les notes d’Anny Crunelle aux éditions théâtrales.

2  Beaucoup de bruit pour rien, 1.1.98-100

3  Le viol de Lucrèce, v. 1163-9.

4  “When a Father counsels her, she can submit to his guidance. And when the Duke, father of his kingdom, as he manifests himself by his care throughout the drama, and the Incarnation of God the Father, asks for her in marriage, perhaps she can yield. It is entirely credible, despite the critical strife over the matter, that the play ends happily with a troth-plighting and so with the dissolving of the ‘cold’ chastity at which, like Coleridge, we necessarily shudder in the early scenes. That final mitigation of Isabella’s austerity is vital. The word ‘moderation’ inheres in the title Measure for Measure.” (Howarth, 33).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Thoret, « La violence sexuelle dans Mesure pour mesure », Sillages critiques [En ligne], 15 | 2013, mis en ligne le 14 janvier 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2564

Haut de page

Auteur

Yves Thoret

Yves Thoret, médecin neuropsychiatre, a enseigné la psychopathologie comme Maitre de Conférences à l’Université Paris-Ouest-Nanterre et publié « La théâtralité, étude freudienne », Dunod, 1993. Il est lié à l’équipe de recherche de Norman Holland et Murray Schwartz, Psyart. Un de ses articles, « La princesse Constance dans Le roi Jean de Shakespeare, de la détresse au désespoir » a été publié dans le Shakespearean Criticism, SC 132, 2010. Un autre, « La relation fraternelle archaïque entre Léontès et Polixénès » a été publié en 2011 aux Presses de Paris-Ouest. Sa recherche actuelle est l’approche clinique et psychanalytique des pièces de Shakespeare.
Yves Thoret, neuropsychiatrist, taught psychopathology as associate professor in Paris-West-Nanterre University. . Completing his PhD, he published “Theatricality, a Freudian Study”, Paris, Dunod, 1993. Linked to the research team of Norman Holland and Murray Schwartz, Psyart, he studied “the seal in Shakespeare’s plays”, presented in a congress of the French Shakespeare Society (1997). An article, “Princess Constance in Shakespeare’s King John, from distress to despair”, was published in Shakespearean Criticism, SC 132, 2010. Another article, “the archaic brotherly relationship between Leontes and Polixenes” was published in 2011. His current research is a clinical and psychoanalytical approach of Shakespeare’s plays.
Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
thoret.yves@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org