Navigation – Plan du site

Avant propos

François Laroque

Texte intégral

1On sait que Mesure pour mesure appartient à la catégorie dite des comédies ou pièces à problèmes (aux côtés de Troilus et Cressida et de Tout est bien qui finit bien), classification qui n’existe pas dans le premier in-folio de 1623 et qui a été introduite à la fin du 19e siècle par le critique F.S. Boas dans Shakespeare and His Predecessors (1896). Le terme paraît en effet bien s’appliquer à une œuvre qui fait un peu figure de mal aimée de la critique, même si elle a toujours eu beaucoup de succès au théâtre (voir à ce sujet ce qu’en disent des gens de théâtre comme Jacques Nichet, qui l’a choisie entre toutes les pièces de Shakespeare, ou encore Claude Yersin et Stéphane Braunschweig). Son atmosphère grise et désenchantée, le cynisme ou le machiavélisme dont fait preuve le duc Vincentio tout au long d’une intrigue enchevêtrée et pleine de rebondissements tous aussi improbables les uns que les autres, ses scènes de comédie grotesque dans les bas fonds et les prisons de Vienne, en font une pièce aussi difficile par sa langue – difficulté accentuée par les nombreux problèmes posés par un texte qui porte la trace de modifications et d’interpolations tardives, probablement de la main de Thomas Middleton – que par son ambiguïté et ses zones d'ombre. Dans son entretien avec Jean-Michel Déprats et Estelle Rivier, Stéphane Braunschweig parle d’une « dramaturgie du comme si », ce qui en dit long sur les étrangetés, les invraisemblances et l’incertitude fondamentale du scénario. Pourquoi le duc fait-il croire à Isabella que son frère est bien mort pour le faire réapparaitre cagoulé et silencieux, tel un spectre, à la fin du dernier acte ? Pourquoi Isabella ne répond-t-elle pas à la proposition de mariage que lui fait Vincentio dans les derniers vers de la pièce ? Que penser de l’apparition quasi miraculeuse de Mariana, fiancée délaissée par Angelo, à l’acte 4 ou de la mort providentielle du pirate Ragozine dont la tête va pouvoir être apportée à Angelo en lieu et place de celle de Claudio ? Les interprétations scéniques comme celles de la critique varient en fonction de la réponse donnée à ces différentes questions.

2En écrivant Mesure pour mesure peu de temps après la montée sur le trône de Jacques Ier et l’élévation de la troupe des « Comédiens du Chambellan » au statut de « Comédiens du roi », Shakespeare se devait de saluer ce double événement par une pièce qui tourne le dos aux comédies festives écrites à la fin du règne précédent et qui reflète le nouvel air du temps, morose, satirique et relativement pessimiste. Le monde vert et enchanté des comédies antérieures fait désormais place à un espace urbain clos et étouffant, régi par les codes de la comédie citadine mise à la mode par Ben Jonson et Middleton. Même si, après la chanson mélancolique d’amour blessé qui ouvre la première scène de l’acte 4, le bref passage par la grange de Mariana, dépendance de quelque monastère rural, apporte quelques notes moins sombres, l’atmosphère générale est marquée par l’enfermement et le repli sur soi. Cela est vrai des environs de Vienne, où les maisons closes prospèrent avant d’être démolies sur l’ordre d’Angelo, de la salle d’audience où sont jugées des affaires de mœurs auxquelles on ne comprend pas grand-chose tant l’accusation est confuse, du couvent où sont cloîtrées les nonnes, du confessionnal, ou encore de la prison où sévissent les bourreaux. Le monde de Mesure pour mesure baigne en effet dans un clair-obscur à la Caravage, peintre de la décapitation sanglante qui se plaisait à fréquenter les tavernes et les bas fonds de Rome où il rencontrait les jeunes et beaux voyous qu’il prenait ensuite pour modèles. Lucio, celui dont le nom peut laisser croire qu’il a pour fonction de faire la lumière dans la pièce, notamment lorsqu’il évoque en plaisantant « the old fantastical duke of dark corners » (4.3.156), franchit allègrement les limites de la fantaisie et de l’affabulation pour donner dans la diffamation pure et simple, faute d’être capable de tenir sa langue et ses bons mots. Ainsi, au lieu de se cantonner dans des allusions ou dans les équivoques qui caractérisent généralement le rôle du clown ou du bouffon à la scène, il n’hésite pas à calomnier le duc devant le moine Lodowick et le moine devant le duc. La faible lumière qui filtre dans ces nombreuses scènes d’intérieur a donc pour but principal de souligner l’ombre au lieu de la dissiper. Elle se répand ainsi sur toute la pièce qu’elle enveloppe d’une aura de secret et de mystère qu’il sera ensuite bien difficile de dissiper. Si une épithète paraît convenir pour qualifier cette œuvre hors normes et hors genre, c’est bien celle de sombre, voire de noire, tant on y flotte constamment entre un rire un peu forcé, un sentiment de malaise et d’effroi suscité par la proximité des faubourgs de la maladie et de la mort. De ce point de vue, l’article de Sophie Chiari montre bien, à la lumière du célèbre tableau de Holbein, Les ambassadeurs (1533), comment le monde de la puissance et du savoir est éclipsé par l’anamorphose du crâne, l’os creux ou « hollow bone » dont parlent incidemment les victimes de la syphilis dans la seconde scène du premier acte (« thy bones are hollow », 1.2.52). Outre le fait qu’elle désigne le symptôme bien connu du mal français, l’image correspond également à une forme de cryptogramme où l’on peut lire en filigrane la signature du peintre puisqu’aussi bien le nom de Holbein, ou Hohles Bein, signifie os creux en allemand. Jonathan Pollock insiste quant à lui sur le memento mori du discours que le duc déguisé en moine tient à Claudio au début de la première scène de l’acte 3 (« Be absolute for death », vers 5), discours qu’il situe dans le sillage de Montaigne et de la pensée atomiste de Lucrèce.

3Dans cet univers instable, où les mots dérapent sans cesse du fait des lapsus multiples du vieil Elbow, des calembours rusés de Pompey, ou des sous-entendus involontaires d’Isabella qui éveille à son corps défendant la lubricité de celui qu’elle était venue implorer de gracier son frère, notamment quand elle évoque, dans une image aussi ambiguë que suggestive, les « fond sickles of the tested gold ». Ces deux mots en effet peuvent aisément se voir ou s’entendre recomposer en testicles, terme que le vers suivant reprend sous la forme plus familière de « stones » ( 2.2.150-51). Comme le montre Jean-Marie Maguin dans son analyse des figures de rhétorique, le langage et le discours échappent ici à tout contrôle. Mickaël Popelard, analysant à son tour les modes d’un discours qui vise à convaincre, explique comment il aboutit à des effets contraires à ceux qui étaient recherchés et se trouve ainsi pris dans une impasse. Dès lors, c’est le silence qui prévaut et qui se trouve valorisé, un silence dont Denis Lagae-Devoldère dégage clairement l’importance dans la pièce.

4Mais les nombreux problèmes posés par Mesure pour mesure sont aussi d’une grande actualité et trouvent donc un écho singulier dans les préoccupations qui sont aujourd’hui les nôtres à propos des questions qui relèvent de la sexualité, de la vie privée et de la surveillance dont elle peut faire l’objet de la part des autorités. Ainsi le psychiatre Yves Thoret s’intéresse-t-il à la question de la violence sexuelle liée au chantage exercé par Angelo sur Isabella, Frédérique Fouassier traitant pour sa part du contournement des conventions de la comédie romantique, notamment à partir du stratagème du lit (« bed trick »). Sébastien Lefait, qui aborde le sujet du pouvoir et de ses abus, reprend à propos de la stricte loi sur les mœurs le thème phare de l’ouvrage de Michel Foucault, Surveiller et punir. Ewan Fernie, quant à lui, évoque le côté double, à la fois démoniaque et fascinant, trouble et troublant d’Angelo, et va jusqu’à déceler une forme de libido dans ce désir forcené de pureté que le suppléant du duc partage avec Isabella. Enfin, tout ce qui relève du domaine juridique dans la pièce est analysé dans l’article de Chantal et Anton Schütz qui met en évidence le caractère fictif de la représentation du droit et de la loi dans la pièce, de Michèle Vignaux qui analyse la question du contrat de mariage dans l’Angleterre du temps de Shakespeare, et de Richard Wilson qui s’intéresse à la fois à la théologie politique et à la question de la révision de Mesure pour mesure par Thomas Middleton dans la lignée des travaux de Gary Taylor et de John Jowett.

5La cinquième et dernière partie de cet ensemble donne la parole à André Markowicz interrogé par Margaret Jones Davies sur ses choix de traduction (notamment à partir de la mise en scène d’Eric Ruf qui avait commandé ce travail à André Markowicz), ainsi qu’à trois metteurs en scène, Jacques Nichet qui commente son « seul Shakespeare » à partir d’une vision aussi personnelle que profonde de la pièce, Claude Yersin, qui s’exprime ici aux côtés de deux de ses acteurs, Alain Libolt et Christian Cloarec, et enfin Stéphane Braunschweig qui avait monté Mesure pour mesure en anglais pour le festival d’Édimbourg avant de faire jouer la pièce en France au théâtre des Amandiers de Nanterre. Il a paru important de ne pas séparer le texte de sa représentation à la scène et de réfléchir à la question des costumes, de la scénographie ainsi qu’aux raisons qui ont pu conduire ces hommes de théâtre à interpréter à la scène une pièce qu’ils ont ainsi portée à la connaissance d’un public dépassant de très loin le cercle des spécialistes. Cela pour tenter d’en faire passer le message, si toutefois message il y a dans une œuvre aussi polymorphe et insaisissable.

6En guise de conclusion, je souhaite adresser mes vifs remerciements à toutes celles et ceux qui ont bien voulu apporter leur aide et contribuer ainsi au bon déroulement du colloque « Actualité de Mesure pour mesure », dont les actes sont reproduits ci-après. Je tiens à exprimer ma reconnaissance aux équipes VALE et PRISMES du soutien financier qu’elles nous ont accordé avec le concours de Pierre Iselin, d’Élisabeth Angel-Pérez et de Line Cottegnies. Mes remerciements vont aussi à Estelle Rivier pour la mise au point de l’entretien avec Stéphane Braunschweig ainsi qu’à Chantal Schütz qui a préparé la mise en ligne de ces articles. Je remercie enfin Laurent David et Jihane Ghelfi qui se sont occupés efficacement de la logistique.

7Grâce à eux, ce colloque, qui a été suivi par une centaine de participants, dont certains étaient venus de loin, aura permis de faire entendre des voix multiples sur la pièce et de faire émerger des perspectives stimulantes, à la fois variées et complémentaires, sur Mesure pour mesure, œuvre énigmatique s’il en est, texte à la fois moral et amoral, aussi impénétrable que profondément moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Laroque, « Avant propos », Sillages critiques [En ligne], 15 | 2013, mis en ligne le 14 janvier 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2546

Haut de page

Auteur

François Laroque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org