Navigation – Plan du site

Introduction

Elisabeth Angel-Perez et François Laroque

Texte intégral

1Au fil des ans, les programmes de l’agrégation ont leurs hasards et leurs aubaines. L’arrivée d’Arcadia de Tom Stoppard au programme de 2011-12, œuvre de 1993 ainsi amenée à co-exister opportunément avec The Winter’s Tale (1611) de Shakespeare, paraissait une occasion trop belle pour ne pas être saisie. Même si toute tentative de rapprochement et de comparaison entre des textes que près de quatre siècles séparent a nécessairement quelque chose d’artificiel, voire d’arbitraire, il n’en reste pas moins que, mises côte à côte, ces deux pièces paraissent s’éclairer mutuellement et se répondre par toute une série d’échos et d’étranges correspondances. L’enjeu majeur pour l’une comme l’autre a en effet à voir avec la question du temps et de son caractère irréversible. Ce que Stoppard présente par le biais de la thermodynamique, branche de la physique dont Thomasina sera en quelque sorte la pionnière, Shakespeare l’introduit à travers la fiction de l’art quasi-miraculeux du faux sculpteur qu’est Giulio Romano, peintre maniériste de la cour des Gonzague à Mantoue, qui sert en réalité de prête nom à un tour de passe-passe essayant de nous faire croire à l’œuvre de la magie là où il n’y a que simulacre théâtral et mise en scène en coulisses. Ces retrouvailles familiales qui permettent à la mère revenue, semble-t-il, du pays des morts pour retrouver sa fille perdue après son retour à point nommé de la septentrionale, mais non moins accueillante, Bohème (contrée néanmoins sujette à la prolifération de bêtes féroces sur ses « côtes » autant qu’à des tempêtes climatiques ou dynastiques) sont en effet aussi improbables que la tentative menée par Bernard dans Arcadia pour retrouver la fameuse lettre de Byron qui, aux yeux de ce critique en quête d’un « scoop » qui assurerait sa gloire et sa fortune, serait censée prouver la réalité du duel au cours duquel le futur auteur de Don Juan aurait tué son rival, le poète Ezra Chater. Les deux pièces donnent à penser le phénomène de réversibilité, garant de la forme comique, et articulent une réflexion sur le genre même de la comédie. Dans Le Conte, comme dans Arcadia, la comédie s’épanouit à partir d’une structure tragique, irréversible, sous-jacente. La tragédie qui sous-tend l’intrigue de l’une comme de l’autre pièce – la perte et le deuil – n’est pas l’autre de la comédie : elle en est la matière même.

2Les communications sur The Winter’s Tale portent sur des thèmes encore peu étudiés, à savoir le thème macabre du retour des morts de l’au-delà lié au frisson fantastique associé à la peur ainsi qu’à un sentiment de hantise déjà fortement présent dans des œuvres antérieures telles que Romeo and Juliet, Hamlet ou encore Macbeth, lequel ne cessera d’inspirer par la suite roman « gothique » des 18e et 19e siècles (Richard Wilson). Si François Laroque interroge ici les liens que la pièce entretient avec la culture populaire du temps et les va et vient incessants qui sont menés dans la pièce entre l’oralité des chansons et des coutumes festives et ce que l’on peut savoir de la circulation des brochures imprimées à l’époque, Pierre Iselin, quant à lui, s’intéresse à la réception et à l’émerveillement liées à la musique et à l’acoustique autant qu’à la dimension visuelle qui est souvent la seule à être mise en avant par la critique. Sophie Chiari aborde ensuite la question des couleurs et de leur symbolisme aussi bien héraldique que scénique qui revêt une importance toute particulière dans cette pièce où Shakespeare se plaît à nous faire redécouvrir l’équivalent des teintes du naturel derrière les artifices du maquillage ou de la peinture. Enfin, grâce à l’analyse qu’elle propose des liens entre The Winter’s Tale et L’Arcadie de Sir Philip Sidney, puis avec Arcadia, la contribution d’Anne-Valérie Dulac nous offre à la fois un retour aux sources et une transition vers la modernité.

3L’Arcadie de Tom Stoppard devient, quant à elle, le lieu d’une salutaire réévaluation des enjeux théoriques et artistiques de la fin du XXe siècle. Nicole Boireau considère la pièce comme une pièce-bilan, qui ancre à nouveau le théâtre et avec lui le langage – en faillite dès l’après-Seconde Guerre mondiale – dans le projet humaniste. Le théâtre et la théâtralité y sont célébrés dans toute leur puissance et l’on perçoit bien que dans l’Arcadie de Stoppard, comme le démontre Susan Blattès, voir c’est croire. Cette « méfiance » qu’inspire le signe écrit, concrétisée sur la scène par le nombre de lettres brûlées et de livres perdus, c’est aussi le signe d’une pièce qui sollicite différemment les facultés herméneutiques du spectateur, dessine pour lui les contours d’une nouvelle manière de pièce policière (Aloysia Rousseau) et l’aide à déchiffrer, derrière l’énigme topique de la mort d’Ezra Chater, le fonctionnement du monde.

4Car c’est bien cette correspondance entre la micro-société de Sidley Park et le monde tout entier que l’auteur met en évidence en utilisant la science comme métaphore centrale de la pièce (Liliane Campos) et l’analogie semble alors le concept-clé pour penser l’oeuvre de Stoppard. Si la science modélise pour mieux comprendre et sert de métaphore pour penser le monde, le théâtre à son tour est le lieu d’une métaphorisation de la science : les mathématiques du chaos, en ce qu’elle réconcilient Newton et la thermodynamique, c’est-à-dire, l’imprévisible et la détermination, informent tout ce qui entre dans la composition de la pièce – structure, espace, personnages jusqu’au style épigrammatique de Stoppard, à la fois newtonien et « chaotique », dont on s’attachera à montrer qu’il fait du wit, à son tour, une métaphore de la théorie du chaos (Angel-Perez). C’est donc en toute logique que cette série d’articles sur Arcadia se conclut par une lecture idéologique du concept de paradoxe (John Bull), à la faveur d’une analyse précise de l’utilisation que Stoppard fait du modèle pastoral sur la scène postmoderne.

5Ces rencontres fécondes entre l’univers pastoral de l’Arcadie renaissante et sa reconfiguration postmoderne ont fait l’objet de la table ronde dirigée par Dominique Goy-Blanquet, présidente de la Société Française Shakespeare, et elles auront permis de mettre en perspective les pistes conceptuelles et scéniques tracées par le rapprochement que le colloque a eu le mérite d’opérer entre les deux œuvres. C’est précisément sur les enjeux scéniques que reviennent également avec émotion et élégance Claude Mathieu et Florence Gillard, sociétaires de la Comédie-Française, qui évoquent la création de la pièce en France dans la mise en scène de Philippe Adrien (1997-98). Elles nous aident ici à penser que l’Arcadie, c’est avant tout le lieu de l’événement-théâtre.

6Enfin, les organisateurs du colloque souhaitent rendre un hommage appuyé à Sir Tom Stoppard qui nous a fait l’honneur de venir en Sorbonne et a livré, avec générosité et authenticité, à un public conquis une réflexion a posteriori sur sa pièce et sur le théâtre, faisant ainsi de ce moment de présence l’équivalent de l’événement théâtral en Arcadie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Angel-Perez et François Laroque, « Introduction », Sillages critiques [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 10 décembre 2011, consulté le 24 avril 2014. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2530

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Angel-Perez

Université Paris IV Sorbonne, Vale EA 4085 François Laroque, Université Paris III- Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

François Laroque

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page