Navigation – Plan du site
Écart entre les langues

Écart et séduction : Gérard de Nerval et Derek Mahon

Maryvonne Boisseau

Résumés

Le traducteur fait quotidiennement l’expérience de l’écart souvent perçu négativement en raison de la différence irréductible des langues. Or l’écart, inscrit naturellement dans les langues, est la condition même de la traduction qui vise, au moyen de conduites de détour, non pas à le conjurer mais à le construire pour le dominer. Ces conduites peuvent être diverses, de l’adaptation au recours à l’expédient, et sont les manifestations d’une opération de séduction dutexte. L’écart et la séduction du texte sont ainsi conceptualisés l’un par rapport à l’autre renouvelant alors les termes selon lesquels l’expérience de la traduction, le statut des langues et celui du traducteur sont envisagés. La lecture conjointe et comparée de deux traductions par Derek Mahon de « Vers dorés » de Gérard de Nerval permettra d’apercevoir comment le traducteur-coénonciateur, à la fois agent et sujet, inscrit la différence des langues, et donc l’écart, dans la pensée de sa traduction.

Haut de page

Texte intégral

« Conjurer l’écart »

  • 1 La conférence de Claire Malroux inaugurait la série de séminaires de recherche du groupe de recherc (...)

1« Conjurer l’écart », c’est ainsi que Claire Malroux, traductrice d’Emily Dickinson, avait intitulé une conférence1 sur sa propre expérience de traductrice, et plus particulièrement de traductrice de la poésie de la poétesse américaine. Ce titre énonce – et c’est sans doute comme cela que l’entendait Claire Malroux – une proposition paradoxale, peut-être même une impossibilité logique : peut-on, en effet, écarter (c’est l’une des acceptions de « conjurer », attestée depuis le XIIe siècle) l’écart ? Le conjurer comme on repousse un vieux démon, comme on exorcise un esprit malin, comme on dissipe une menace ou bien encore comme on écarte une catastrophe ? Car face à l’invention d’un « langage poétique », c’est bien souvent cela qu’éprouve le traducteur de poésie cherchant à rejoindre l’autre en sa langue pour la délivrer autrement, en un autre idiome, faisant ainsi l’expérience de l’irréductibilité de l’écart, de l’imperfection de la traduction, de la vanité même de l’entreprise et cherchant par des moyens détournés à réduire cet écart, à l’annuler peut-être.

2Cependant, on n’échappe pas à l’écart, il est même constitutif du langage, inscrit dans les langues elles-mêmes du seul fait de la réflexivité du langage et naturellement creusé entre les langues en tant que systèmes linguistiques différents. L’écart est donc la condition même de la traduction, on n’aurait pas besoin de traduire s’il n’y avait pas de différences entre les langues, s’il n’y avait pas d’écart. Ce truisme est donc là une autre entrée en matière, qui nous rappelle bien sûr Roman Jakobson et l’importance qu’il accordait à ce qu’il nommait différence :

L’équivalence dans la différence est le problème cardinal du langage et le principal objet de la linguistique. Comme tout receveur de messages verbaux, le linguiste se comporte en interprète de ces messages. Aucun spécimen linguistique ne peut être interprété par la science du langage sans une traduction des signes qui la composent en d’autres signes appartenant au même système ou à un autre système. Dès que l’on compare deux langues, se pose la question de la possibilité de la traduction de l’une dans l’autre et réciproquement ; la pratique étendue de la communication interlinguale, en particulier les activités de traduction, doivent être un objet d’attention constante pour la science du langage (« Aspects linguistiques de la traduction », 1963 : 80)

3Ce passage bien connu, daté, certes, reste néanmoins fondateur en ce qu’il pose en termes linguistiques et sémiotiques la question de la « différence », difference dans l’original en anglais, que l’on pourrait aussi envisager de traduire par « écart », et en ce qu’il souligne l’intérêt des « activités de traduction » pour « la science du langage ». On ne parle plus guère aujourd’hui de « la science du langage » mais on peut retenir cette inclusion de la traduction dans le champ de la réflexion linguistique, inclusion déjà opérée, bien sûr, par d’autres linguistes avant lui, notamment Humboldt (1767-1835) au 18e-19e siècles.

4Une troisième façon d’entrer dans la question de l’écart est celle qui consiste à y voir la possibilité d’une erreur, comme lorsqu’on parle d’écart de conduite. Cependant, cette perception de l’écart comme déviance ne manque pas de poser problème lorsqu’il s’agit en particulier de traduction. Elle suppose en effet de prendre en compte un troisième terme qui serait une norme, à l’aune de laquelle on pourrait mesurer la variation jugée fautive. Or en matière de langage, il n’y a pas de norme stable. Elle a aussi pour conséquence d’orienter la question vers la tentation d’un jugement de valeur qui, bien que fondé sur une seule mesure aléatoire de l’écart, peut se donner pour définitif : « cette traduction est bonne, celle-là est défaillante ». Non qu’il faille récuser l’idée de toute critique d’une traduction qui s’élabore aussi à partir des écarts constatés. Mais une critique, éthiquement fondée, ne peut se formuler que si l’écart est d’abord pensé positivement. Aussi croyons-nous que l’écart entre un original et sa traduction à venir, ou bien les écarts observables et constatés entre un original et la/les traduction(s) produite(s), ne relèvent ni de l’erreur ni de la défaillance mais, au contraire d’une construction, par un sujet énonciateur, de cette différence assumée. En effet, si, pour le traducteur, la conscience de l’écart peut être paralysante au point qu’il faille le conjurer, ou si, inversement, cette conscience est libératrice, c’est bien que le traducteur le perçoit comme le lieu même où s’engage la traduction ; plus exactement, l’écart est cet intervalle, ce vide dans lequel s’inscrit l’opération de traduction, activité langagière qui suppose le passage du niveau linguistique au niveau interprétatif. Et c’est là que se rejoignent les deux termes de la problématique suggérée dans le titre de cette étude puisque c’est cette opération nouvelle, qui engage la relation active d’un sujet (traducteur-énonciateur) à l’objet (le texte comme ensemble d’énoncés interprétables) en vue de sa compréhension, de son appropriation, de sa traduction, que nous appelons séduction. Cela mérite peut-être encore quelques éclaircissements et le recensement des acceptions courantes de la notion de séduction qui nous est familière.

Conduire le texte ailleurs

  • 2  Les exemples sont empruntés au dictionnaire Le Petit Robert de la langue française, 1993.
  • 3  Accès Internet 7-06-07.
  • 4  Le Grand Robert de la langue française (2001) reprend ces mêmes acceptions en les organisant diffé (...)
  • 5  Selon Freud, une « scène de séduction » (1895) est le traumatisme sexuel initial à l’origine de tr (...)

5Le verbe séduire, transitif dans tous ses emplois, renvoie aux efforts, stratagèmes, manœuvres (plus ou moins honnêtes) exercés sur quelqu’un pour l’attirer vers soi (« Toutes ces femmes parées voulaient plaire, séduire, et tenter qqn » [Maupassant]) et, inversement, à l’attraction irrésistible exercée par quelqu’un ou quelque chose sur quelqu’un (Son projet a séduit tout le monde)2. Le Trésor de la langue française3recense, quant à lui, trois acceptions principales pour ce verbe transitif : « détourner de, séparer de » pour la première et, pour la seconde, sous trois subdivisions, « induire en erreur, abuser » puis « détourner du droit chemin » et « convaincre en mettant en œuvre tous les moyens de plaire ». La troisième acception recensée est « attirer de façon irrésistible »4. Il apparaît que ces trois acceptions principales ne sont pas très éloignées les unes des autres et peuvent s’entendre essentiellement comme des façons de s’écarter d’un repère, qui serait une norme de conduite dans le cadre des pratiques sociales. La valeur principalement négative attachée à l’action de séduire (celle que nous retenons habituellement) lui vient du sens moral de corrompre que le verbe seducere avait acquise dans le latin ecclésiastique, valeur devenue dominante dans ses emplois ultérieurs. Freud a tenté d’en faire un concept opératoire en psychanalyse mais ne l’a pas vraiment élaboré et a abandonné ce qui aurait pu devenir une « théorie de la séduction » pour lui substituer le « modèle œdipien »5.

  • 6 Le Dictionnaire historique de la langue française (Le Robert), 1992. (On utilise toujours le nom ‘é (...)

6Ce ne sont cependant pas ces acceptions courantes et immédiates qui nous intéressent ici mais bien plutôt son sens initial, aujourd’hui sorti d’usage. L’histoire du mot nous apprend en effet qu’avant d’être détourné par le latin ecclésiastique, le verbe seducere signifiait simplement « emmener à part, à l’écart », « séparer », « diviser (en parlant de lieux) »6. Ce sens-là est proche de la première acception recensée par le TLF. Sans entrer dans le détail de l’évolution du mot et des croisements entre le latin, l’italien et l’ancien français, c’est ce sens initial que je voudrais retenir et exploiter car même en gardant à l’esprit le préjugé principalement négatif attaché au sens du mot dans ses emplois communs, le potentiel de variations de la notion « séduire », à partir de ce sens oublié, peut se ramener à une opération fondamentale de séparation, d’écart, sé‑duire ou « conduire à soi ». Penser cette notion de séduction en ces termes d’écart, de séparation, de détournement, allant, dans ses effets, de l’illusion à la fascination, c’est déployer, sur un gradient dont le degré inférieur serait le consentement et le degré maximal la contrainte ou la subornation, un faisceau de possibilités et de modalités de l’écart. Dans la perspective traductive envisagée, séduire le texte, c’est donc l’amener au-delà de lui-même, le conduire ailleurs, ce qui permet de penser la traduction, mais aussi la lecture et le commentaire qui lui sont liées, comme des modes d’énonciation de l’écart, comme à la fois construisant cet écart et en résultant.

  • 7 Cette observation soulève d’autres problèmes éloignés de notre propos immédiat, notamment celui du (...)
  • 8  « L’endophasie est cet échange où celui qui parle et son auditeur se confondent, un usage de la la (...)

7Conduire le texte ailleurs : il n’est sans doute pas inutile de préciser ce vague « au-delà », cet « ailleurs » dont le repère, et c’est important, est une situation d’énonciation déjà ancrée dans une langue et une culture données, en l’occurrence, en ce qui concerne Derek Mahon, un point de vue anglo-irlandais (ou « anglais », si l’on s’en tient strictement à la langue qu’il parle). Par conséquent, l’au-delà du texte est déjà dans l’altérité de la langue de la traduction. La lecture elle-même n’échappe pas non plus à cette altérité car même si on lit la langue étrangère, ou dans la langue étrangère, ce qu’on appellera ici la langue « point de vue » (on pourrait aussi dire la langue-culture) est toujours là, non pas comme un arrière-plan statique ou figé mais comme la condition active d’un déplacement7. C’est comme si l’activité consciente de lecture et de commentaire de traduction se doublait d’une activité endophasique8, privée, intérieure, non communiquée, inscrivant l’altérité linguistique dans le processus lui-même et dans l’expérience de la lecture. À ces glissements intérieurs d’une langue à l’autre, ce jeu des langues et entre les langues, s’ajoute toujours une situation de co-énonciation différée, autre condition, intégrant un facteur historique et temporel, de variation de la compréhension et de l’interprétation. On appréhende un texte à partir de ses présupposés linguistiques et culturels modelés par le contexte social, idéologique, historique dans lequel on se trouve. La question du point de vue et de la situation d’énonciation, qui se trouve, à chaque énonciation du texte, qu’elle soit lecture ou traduction, être en quelque sorte une nouvelle situation d’énonciation-origine, et partant celle du statut de l’instance énonciative dans cet acte d’appréhension du texte, est donc très complexe et ne peut alors se réduire à un problème de subjectivité d’un énonciateur.

8Toutefois, partant du texte lui-même, l’opération de séduction n’est pas, pour autant, un mouvement de simple translation, ou du moins n’est pas seulement cela, comme si un sens immanent était transporté d’une langue dans une autre. Il n’y a pas de sens immanent et l’opération de séduction est d’abord, et nécessairement, une opération spécifique d’élaboration énonciative qui est, en soi, un écart construit et assumé et qui va, en construisant le sens, révéler une signification possible du texte, ouverte à l’interprétation, à la traduction. Autrement dit, l’au-delà du texte, l’ailleurs, se construit dans la différence et par la différence : il est en puissance dans le texte, inconnu, en attente de délivrance. Il est un horizon, un texte encore inédit, un hors texte (qui a vocation a devenir (du) « texte »).

  • 9  Dans Onze rencontres…, Claudine Normand pose avec insistance, et à plusieurs reprises, la question (...)
  • 10 Voir Antoine Culioli, 2002: 64-65. Clarifiant la différence entre « contexte » et « situation », Cu (...)
  • 11 À titre d’exemples, nous pouvons citer la traduction de Derek Mahon de « Tableaux parisiens » de Ba (...)

9Mais ce mouvement n’est pas à sens unique et l’une des caractéristiques de cette opération de séduction est sa réversibilité ou mieux peut-être sa réciprocité : le texte est séduit et conduit au-delà de lui-même mais on est aussi séduit par le texte de telle sorte que l’opération elle-même est une suite de boucles enchaînées et non pas un parcours linéaire, ou une simple sortie du texte vers autre chose. Le texte travaillé par la co-énonciation est toujours là, origine et pivot, résistif, chargé du poids des mots et, dans la perspective du geste interprétatif et traductif, il faudrait arriver à penser l’attraction du texte, son énergie, sa dynamique, et réussir à décrire dans le détail ce versant de l’opération de séduction, tout aussi active dans ce sens que dans l’autre. Enfin, si la séduction du texte est une opération, elle doit pouvoir se découvrir aux traces qu’elle laisse dans le texte produit, en particulier dans le texte traduit. Le problème est ici celui de la nature et du statut de ces traces9. Les marqueurs des opérations qui nous sont plus familières (par exemple, l’opération de repérage) sont souvent d’ordre morpho-syntaxiques, grammaticaux ou discursifs (par exemple les connecteurs). Il n’est pas sûr que les traces de l’opération de séduction soient de cet ordre-là. Il nous semble plus fécond de les envisager comme un filigrane entrelacé dans le tissu du texte dit « second », une sorte de surimpression perçue par transparence, présence d’un texte dans un autre qui n’est ni son double ni sa re-présentation « hallucinée », mais un texte « ultérieur » qui n’efface pas le texte « antérieur »10. On pourra dire que ces traces, peut-être trop ténues, confèrent à cette opération un caractère impressionniste. On dira peut-être aussi qu’il ne s’agit là que d’une forme d’intertextualité. C’est en effet peut-être le cas, mais une intertextualité plus proche de la cohabitation, du palimpseste, que de l’importation pure et simple d’un texte dans un autre : le texte séduit habite le texte séducteur, le texte séducteur est enté – greffé – sur le texte séduit, il se développe à partir de lui11. Les traces de l’opération de séduction, à peine « visibles », manifestent ainsi son caractère réversible ou réciproque mais une réciprocité qui ne renvoie ni à un effet de symétrie, ni à une identité, ni à une négation de l’autre versant de l’opération. C’est encore une fois la métaphore de la boucle, qui semble symboliser ce jeu du séducteur séduit.

  • 12  L’expression de « lecteur idéal » est sans doute devenue une expression cliché mais elle évoque le (...)

10Poser la question du statut des traces et des marqueurs, c’est aussi s’interroger sur le statut complexe de cette instance co-énonciative, énonciateur-lecteur et énonciateur-traducteur. En effet, les marqueurs renvoient aux opérations elles-mêmes (ils en sont les traces), sans que la relation soit bien sûr univoque, et, par conséquent, seulement indirectement au lecteur ou au traducteur. D’un autre côté, on ne peut véritablement isoler le geste de lire ou le geste de traduire de cet énonciateur qui l’accomplit, ni le texte lu ou traduit du lecteur, du commentateur ou du traducteur. C’est donc l’idée maintenant couramment admise de l’inscription d’un « lecteur idéal » (mais ne devrait-on pas dire « implicite » ?)12 et/ou celle exprimée avec de plus en plus de force de la présence du traducteur dans le texte lui-même que le problème des traces ou des marqueurs soulève : suffit-il de dire que le texte construit son lecteur ou bien de revendiquer, pour le traducteur, une certaine visibilité pour être assuré d’en retrouver les marques dans le texte lu ou dans le texte traduit ? Comment articuler, d’un point de vue théorique, les traces de l’opération et la subjectivité à l’œuvre dans le processus ?

  • 13 Nous entendons lecteur ici dans un sens très général, englobant lecteur, commentateur, traducteur.

11Pour résumer cette tentative de délimitation des deux concepts, je dirai donc que séduire le texte, le conduire à soi et l’amener au-delà de lui-même par une procédure de distanciation, d’exploration et d’appropriation, tout en consentant activement à l’attraction positive du texte, en répondant à son appel, est l’opération générale commune à ces modes de co-énonciation liés que sont la lecture et la traduction, mais aussi le commentaire qui les accompagnent. Chacun de ces modes détermine, et est déterminé par, les modalités à la fois cognitives et pragmatiques selon lesquelles l’opération s’effectue. Activé par une instance énonciative origine complexe, le processus est à double sens et lie résolument dans une interaction, positive dans le meilleur des cas mais aussi parfois inquiète et douloureuse, le texte et le lecteur13, ainsi que l’opération et ses traces.

Illustration : Gérard de Nerval et Derek Mahon

12Venons-en maintenant précisément aux textes, à ce sonnet qui clôt la seconde séquence des Chimères de Gérard de Nerval,

Vers dorés
         Eh quoi ! tout est sensible !
                              
Pythagore

Homme ! libre penseur – te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose :
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’Univers est absent.

Respecte dans la bête un esprit agissant…
Chaque fleur est une âme à la nature éclose ;
Un mystère d’amour dans le métal repose :
Tout est sensible ; – et tout sur ton être est puissant !

Crains dans le mur aveugle un regard qui t’épie :
À la matière même un verbe est attaché…
Ne la fais point servir à quelque usage impie.

Souvent dans l’être obscur habite un dieu caché ;
Et, comme un œil naissant couvert par ses paupières
Un pur esprit s’accroît sous l’écorce des pierres.

13et aux deux versions en anglais de Derek Mahon.

The Mute Phenomena
(after Nerval
)

Your great mistake is to disregard the satire
Bandied among the mute phenomena.
Be strong if you must, your brusque hegemony
Means fuck‑all to the somnolent sun‑flower
Or the extinct volcano. What do you know
Of the revolutionary theories advanced
By turnips, or the sex‑life of cutlery?
Everything is susceptible, Pythagoras said so

An ordinary common‑or‑garden brick wall, the kind
For talking to or banging your head on,
Resents your politics and bad draughtsmanship.
God is alive and lives under a stone.
Already in a lost hub‑cap is conceived
The ideal society which will replace our own.
(Selected Poems, Penguin Books, 2006, première publication : 1973)

Pythagorean Lines
‘Everything feels!
’ 

Man, do you think yourself the one reflective
Thing in this lively world? Your urgent guile
Works blithely on raw material,
But you ignore the spiritual perspective.

Respect the dog’s life and the worm’s eye view;
Each flower in nature is an open soul.
Love lives even in the zinc of a zinc bowl:
Everything feels, and leaves its mark on you.

Note, in the wall, a fierce interrogation.
Dumb matter is the word made flesh, therefore
Subject to no base manipulation.

  • 14  Derek Mahon's poems are reproduced here by kind permission of The Gallery Press, Loughcrew, Oldcas (...)

Even now a god hides among bricks and bones—
And like an eye closed in the womb, a pure
Spirit evolves beneath the glaze of stones!
(Adaptations, The Gallery Press, 2006, première publication : 1982)14

14La première version, « The Mute Phenomena » a été publiée pour la première fois dans la revue Honest Ulsterman, 40, 1973, puis dans le recueil The Snow Party en 1975, sous le simple titre “After Nerval”. Ensuite, dans le recueil Poems, 1962-1978, le titre devient « The Mute Phenomena », reléguant en quelque sorte la référence au texte d’origine au second plan. Ce poème se trouve dans tous les recueils publiés par la suite, y compris les Collected Poems de 1999 et le dernier Selected Poems de 2006, ce qui mérite d’être signalé étant donné les remaniements constamment opérés par Derek Mahon au fil des re-publications de ses poèmes. La traduction des douze sonnets les Chimères (The Chimeras) date de 1982 et l’intégralité de la séquence a été publiée pour elle-même en un mince recueil. C’est dans ce recueil que l’on peut lire la seconde version intitulée « Pythagorean Lines », que l’on ne retrouve ensuite que dans le volume Adaptations où sont rassemblés les textes que Mahon lui-même considère comme reflétant son travail de traducteur. Cette version-là, on le comprendra mieux en la lisant, n’est pas séparable de l’ensemble de la séquence, The Chimeras, intégralement reprise dans ce volume.

15Ces quelques données factuelles nous permettent de voir que l’activité de traduction est partie intégrante du travail d’écriture de Mahon depuis les tout débuts de sa carrière poétique, et que donc écrire, traduire, c’est, pour ce poète tout un. On trouve dans les poèmes de cette époque des traces de ses lectures « étrangères », pourrait-on dire, qui démarquent sa poésie de celle d’autres poètes de la même génération. Pour ne donner qu’un exemple, en lien avec notre propos, on trouve dans le poème « Glengormley » (publié en 1975 dans le même recueil que « The Mute Phenomena ») une allusion au suicide de Gérard de Nerval : « The unreconciled, in their metaphysical pain, / Dangle from lamp-posts in the dawn rain », écrit-il. Ces traductions remontent donc à la période particulièrement riche et fructueuse de ses années à Trinity College, où vraisemblablement, étudiant, il s’est familiarisé avec l’histoire de la littérature française et plus particulièrement avec la poésie puisque c’est ce qu’il était censé y étudier. Il est également frappant de voir que les traductions de cette époque-là manifestent déjà des « choix traductifs » auxquels il restera dans une large mesure fidèle, choix qu’il résume lui-même ainsi dans l’avant-propos de Adaptations :

These pieces aren’t translations, properly speaking, but versions of their originals devised, as often as not, from ‘cribs’ of one kind or another. Some deplore this now common practice, insisting that the impersonation in English of poems from other tongues should be confined to those with a working knowledge of Greek or Russian, as the case may be — or indeed Spanish, Hebrew, Arabic, Ibo, Hindi or Chinese. (None of these last, unfortunately, are represented here.) There is everything to be said for the real translator on whose work we rely. Nabokov wanted translations to read like translations out of respect for their originals; but the imaginative, recreative (and recreational) adaptation, making the original read like a poem in English, is an equally venerable tradition: poets use it to keep the clock ticking over. Impertinence or poetic licence, the mode has been around too long to need excuses. (A, 2006 : 11)

16Honnêteté désarmante, impertinence calculée, choix artistique – le propos désamorce toute critique, mais aussi désacralise les textes tout en réaffirmant indirectement l’autorité du poète-auteur de « traductions », lequel s’inscrit lui-même dans une tradition vénérable. En conséquence, le critique est implicitement invité à suspendre toute confrontation des versions ainsi traduites avec leurs sources, l’infidélité même étant légitimée par le recours à l’imagination créatrice. Et pourtant, cette auto-justification de Mahon invite au contraire à regarder d’un peu plus près ce que nous pouvons appeler des conduites de détour, puisque c’est sans remords que Mahon sé-duit le texte le détourne à son profit (« poets use it to keep the clock ticking over »).

17Il ne s’agit pas ici d’analyser les poèmes dans le détail mais plutôt de tenter de repérer les écarts construits par le traducteur-énonciateur pour retrouver les traces de l’opération de séduction décrite plus haut.

18Sur le plan de la forme, et un coup d’œil suffit pour s’en apercevoir, la première version rompt avec la disposition qui sépare chaque strophe alors que la seconde version conserve la répartition en deux quatrains et deux tercets. Ces deux dispositions manifestent deux relations différentes au contenu de l’original puisque l’unité à la fois syntaxique et sémantique de chaque vers est bouleversée dans « Mute Phenomena », avec un enjambement du premier vers au second, un autre du troisième au quatrième. La trace la plus visible du lien à l’original est peut-être la tentative de conserver un schéma rimique analogue au prix d’approximations et de fausses rimes, semble-t-il. Ce réarrangement syntaxique détourne l’apostrophe à l’homme, libre penseur, vers l’expression d’un reproche violent à celui dont on ne sait s’il est un homme en général ou le poète lui-même tant le you (your / you) est ambigu en dépit de sa mise en relief dès le début du premier vers. Le déterminant your et le pronom you dont la valeur générique est construite en l’absence du référent qui l’induit (Homme / Man dans la seconde version) cherchent à récupérer ce qui peut être perçu comme un degré de familiarité par un lecteur inquiet de la distinction que le français opère entre les pronoms tu et vous. C’est l’indifférence de l’homme ordinaire au monde qui l’entoure qui est sarcastiquement fustigée mais le recours à la satire qui accroît la violence du reproche peut se lire à l’envers, c’est-à-dire comme le refus de la méditation nervalienne : la valeur de vérité de l’affirmation du dernier vers de l’octave (« Everything is susceptible, Pythagoras said so » n’est pas assumée par l’énonciateur : ce n’est pas lui qui a dit « tout est sensible ». Enfin, en filigrane, ce n’est pas tant le texte d’origine que l’on devine mais bien plutôt un certain horizon référentiel ancré dans la situation même du poète : Malcolm Lowry, Van Gogh, les théories de l’entropie, le paysage urbain de sa jeunesse, et la violence en Irlande du Nord qui prenait à ce moment-là le tour que l’on sait.

19Le choix initial, peu importe qu’il ait été fait consciemment ou non, est bien l’adaptation qui délie le texte original de ses attaches pour le relier à un autre contexte dans lequel il prend un tout autre sens. Ce qui m’amène à dire que l’adaptation n’est pas l’une des polarités d’un continuum traduction-adaptation (l’une étant positive, l’autre négative, avec des renversements possibles) mais bien une conduite de détour, une séduction, au sens d’un écart délibérément construit : l’adaptation ici ne vise à préserver ni l’esprit ni le sens de l’original, elle se déploie dans un autre espace, celui peut-être de la « création » : elle délivre un sens qu’elle dérive de l’original, qu’elle extrapole, en empruntant à la culture d’accueil (ici celle très individualisée de l’énonciateur) les formes de son expression (celles de l’impatience, de la révolte, de la satire).

20À l’inverse, la seconde version, apparemment plus tempérée, semble retrouver les chemins de la traduction proprement dite : respect de la disposition initiale, rimes plus satisfaisantes, une plus grande correspondance entre les unités syntaxiques et les vers, une fidélité à la structuration même du français aux dépens de l’ordre canonique de l’anglais – comme dans le premier vers du premier tercet (au prix de l’introduction de virgules, certes) – enfin, respect des modalités énonciatives (interrogation, injonctions) Or, lorsqu’on y regarde de près, on s’aperçoit d’écarts que la lecture du poème précédent éclaire. En effet, la satire est toujours là, atténuée, prenant les formes d’une ironie désabusée, marquée dans les choix lexicaux en particulier. C’est un peu comme si la première version avait servi de filtre limitant les écarts à des modulations sur le plan des mots eux-mêmes quand en fait les choix retenus sont autant de solutions ponctuelles permettant de pallier la difficulté de trouver l’équivalent le plus adéquat ; les choix lexicaux du second quatrain illustrent cet aspect : dog’s life, worm’s view, zinc et zinc bowl. Ces choix sont « travaillés », ils sont contournement d’obstacle, ajustement nécessaire et relèvent d’une autre conduite de détour que nous appelons l’expédient. En ce sens, l’expédient n’est pas un pis-aller, il est le ressort même de l’ajustement et l’un des moyens mis en œuvre dans l’opération même de séduction pour subjuguer l’écart, autrement dit pour le dominer plutôt que le conjurer. Il privilégie l’efficacité, pallie une carence, ou bien se révèle être un coup de force, une transgression comme semble l’être le vers : « Love lives even in the zinc of a zinc-bowl ».

21Ainsi, l’expédient, qui trouve donc le plus souvent son origine dans une défaillance, une impossibilité, quelle qu’en soit la nature ou les raisons, appartient à la dynamique de la traduction-séduction : il est méthode (la fin justifie les moyens), palliatif et coup de force (il s’impose), transgression et négation d’un sens au profit d’un autre. Il permet alors de trancher la question de savoir si la traduction est une science ou un art en manifestant de façon éclatante qu’elle est d’abord une pratique empêtrée dans les chicanes des langues et des cultures. L’expédient trahit le traducteur-énonciateur, l’autorisant indirectement à revendiquer ainsi un statut d’auteur. Il est la trace d’un cheminement, d’une opération de filtrage, d’une subjectivité à l’œuvre.

22Ces deux versions de « Vers dorés » manifestent à quel point traduction et écriture sont mêlées, à quel point l’acte de traduction proprement dit est le moment où un je traduisant se constitue en énonciateur d’un texte déjà énoncé, à la fois et dans le même temps, interprète et scripteur. L’interprétation et l’écriture ne se produisent pas l’une après l’autre et l’écriture elle-même n’est pas la simple transcription d’une interprétation qui s’interposerait entre le texte « déjà écrit » ou « déjà lu » et ce qui sera la traduction. L’écriture est traduction, construction tâtonnante de cette interprétation, redoublant la lecture, lui assignant une finalité précise. La traduction n’est donc pas à proprement parler une ré-écriture, la logique de son interprétation et le temps de son énonciation lui sont propres. Elle est simplement écriture mais écriture continuée : énonciation différée mais première, par un coénonciateur dans une langue autre. Le traducteur-coénonciateur est à la fois agent et sujet inscrivant la différence des langues, et donc l’écart, dans la pensée de sa traduction. S’il est écrivain, il est, nous dit Maurice Blanchot (1971 : 71),

écrivain d’une singulière originalité, précisément là où il paraît n’en revendiquer aucune. Il est le maître secret de la différence des langues, non pas pour l’abolir, mais pour l’utiliser, afin d’éveiller, dans la sienne, par les changements violents ou subtils qu’il lui apporte, une présence de ce qu’il y a de différent, originellement, dans l’original.

23Dans cette optique, l’original n’est pas un texte support mais un agencement délibéré de formes, possibilité ou, plus exactement peut-être, « puissance » d’énonciation et de séduction. En conséquence de quoi, la question de savoir si le traducteur est auteur au même titre que l’auteur du texte qu’il traduit ne se pose sans doute plus, mais celle des traces de son énonciation demeure, sauf à faire de l’adaptation la mise en œuvre d’une séduction calculée du texte original et de l’expédient la marque visible du tâtonnement du traducteur, sauf enfin à envisager le texte traduit comme le commentaire insu de sa source.

Haut de page

Bibliographie

BERGOUNIOUX, Gabriel. Le Moyen de parler, Paris : Verdier, 2004.

BLANCHOT, Maurice. L’Amitié, Paris : Gallimard, 1971.

BOISSEAU, Maryvonne. « Mahon and Ovid: Subtext and Hidden Agenda ». In eds COELSCH-FOISNER, Sabine et Wolfgang GÖTSCHACHER. Ovid’s Metamorphoses in English Poetry.Heidelberg : Universitätsverlag Winter, 2009, 231-243.

CULIOLI, Antoine. Variations sur la linguistique. Entretiens avec Frédéric Fau. Paris : Klincksieck, 2002.

CULIOLI Antoine et Claudine NORMAND. Onze rencontres sur le langage et les langues. Paris : Ophrys, coll. « HDL », 2005.

DAUZAT, Pierre-Emmanuel. « L’expédient en traduction : du « parler-en langues » au contresens volontaire ». In dir. ÉNAUDEAU, Corinne et Patrice LORAUX. La Méthode de l’expédient. Paris : Éditions Kimé, 2006, 165-180.

De NERVAL, Gérard. Œuvres. Paris : Garnier, 1966.

ÉNAUDEAU, Corinne et Patrice LORAUX (sous la dir. de). La Méthode de l’expédient, Paris : Éditions Kimé, 2006.

HUMBOLDT, Wilhlem von. 2000, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage. Présenté, traduit et commenté par Denis Thouard. Paris : Éditions du Seuil, coll. « Points-Essais », 2000.

ISER, Wolfgang. L’acte de lecture, théorie de l’effet esthétique. Bruxelles : Pierre Mardaga éditeur, 1985 [1976, Wilhelm Fink Verlag].

MAHON, Derek. The Chimeras, A version of Les Chimères by Gérard de Nerval. Dublin: The Gallery Press 1982.

MAHON, Derek. Selected Poems. Hardmonsworth: Penguin Books, 2006.

MAHON, Derek. Adaptations. Oldcastle: The Gallery Press, 2006.

Haut de page

Notes

1 La conférence de Claire Malroux inaugurait la série de séminaires de recherche du groupe de recherche « Texte et critique du texte », Paris-Sorbonne, consacrée à l’écart (2008-2009)

2  Les exemples sont empruntés au dictionnaire Le Petit Robert de la langue française, 1993.

3  Accès Internet 7-06-07.

4  Le Grand Robert de la langue française (2001) reprend ces mêmes acceptions en les organisant différemment.

5  Selon Freud, une « scène de séduction » (1895) est le traumatisme sexuel initial à l’origine de troubles ultérieurs, notamment névrotiques. (Voir Encyclopédie philosophique universelle, sous la direction d’André Jacob, Les Notions philosophiques. Dictionnaire, tome 2, Paris, PUF, 1990 [Volume dirigé par Sylvain Auroux], entrée « séduction »). Ce qui pourrait être retenu de cette utilisation transitoire dans le champ de la psychanalyse, c’est son caractère originaire d’expérience et l’origine de cette expérience dans un sujet et ses désirs.

6 Le Dictionnaire historique de la langue française (Le Robert), 1992. (On utilise toujours le nom ‘écart’ dans les campagnes pour renvoyer à une ferme isolée, ou un lieu reculé, à distance d’une voie de communication)

7 Cette observation soulève d’autres problèmes éloignés de notre propos immédiat, notamment celui du bilinguisme et de l’auto-traduction. Il serait intéressant de voir si cette perspective apporte un éclairage différent aux nombreux travaux qui existent déjà sur ces questions.

8  « L’endophasie est cet échange où celui qui parle et son auditeur se confondent, un usage de la langue qui paraît soustrait à la communication, une parole qui se tait. » (Voir Bergounioux, 2004: 26). Il n’y a pas de raison de penser que cette activité ne se produit pas aussi de façon intra-linguistique.

9  Dans Onze rencontres…, Claudine Normand pose avec insistance, et à plusieurs reprises, la question du statut de la trace. En résumé, la trace c’est le vestigium, « une relation entre du visible et d’un autre côté quelque chose qui n’est plus […] la trace c’est la relation entre ce qui est là et d’un autre côté ce qui n’est pas là, mais qui d’une autre façon a été là. » (2005: 199) En dépit de cette précision, la différence entre trace et marqueur n’est pas facile à situer dans les entretiens eux-mêmes, confusion que sans doute nous entretenons nous aussi dans l’emploi que nous faisons de ces deux termes.

10 Voir Antoine Culioli, 2002: 64-65. Clarifiant la différence entre « contexte » et « situation », Culioli introduit ces trois caractérisations qui désignent « le texte pas forcément prononcé » (« texte hallucinatoire » ou le contexte reconstruit (« texte antérieur », et, par extension, texte « ultérieur »).

11 À titre d’exemples, nous pouvons citer la traduction de Derek Mahon de « Tableaux parisiens » de Baudelaire; celle aussi de deux passages des Métamorphoses d’Ovide (l’histoire de Pygmalion et Galatea et celle de Procne et Tereus). Dans ces traductions, l’original se lit en filigrane, affleurant en quelques endroits.

12  L’expression de « lecteur idéal » est sans doute devenue une expression cliché mais elle évoque le courant critique de l’esthétique de la réception, et en particulier Wolfgang Iser: « Les deux principaux types de lecteurs sont: le lecteur idéal et le lecteur contemporain. On ne les invoque pas sans réserves, car l’un est soupçonné d’être une construction pure, tandis que l’autre est difficile à concevoir comme une construction devant permettre des généralisations » (1985: 61). Ces réserves conduisent Iser à élaborer le concept de « lecteur implicite »: « […] le concept de lecteur implicite est un modèle transcendantal qui permet d’expliquer comment le texte de fiction produit un effet et acquiert un sens ». (ibid: 75)

13 Nous entendons lecteur ici dans un sens très général, englobant lecteur, commentateur, traducteur.

14  Derek Mahon's poems are reproduced here by kind permission of The Gallery Press, Loughcrew, Oldcastle, County Meath, Ireland (© Derek Mahon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Boisseau, « Écart et séduction : Gérard de Nerval et Derek Mahon », Sillages critiques [En ligne], 12 | 2011, mis en ligne le 27 octobre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2304

Haut de page

Auteur

Maryvonne Boisseau

Maryvonne BOISSEAU est professeur de linguistique et traduction à l’Université de Strasbourg. Elle traduit aussi la poésie. Elle est responsable de l’équipe « Fonctionnements discursifs et Traduction », composante de l’UR Linguistique, Langue Parole (EA 1339 LiLPa). Ses recherches portent sur la construction du sens et articulent trois disciplines : la linguistique, la traduction et la poésie. Elle est notamment spécialiste du poète-traducteur irlandais Derek Mahon.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org