Navigation – Plan du site

Introduction

Élisabeth Angel-Perez

Texte intégral

1L’écart, concept vibrant sous la plume de nombreux philosophes du langage et sous celle de Derrida en particulier, invite à prendre la mesure. Parler d’écart, c’est une autre façon de parler de différence et de différance. Transformée en verbe, la notion pose la mesure de la différence, autrement dit, la différence prise sous un angle dynamique et non statique, la différence en train de s’établir. L’écart est donc la problématique même du langage : écart du signe par rapport au référent (cratylisme ou de l’arbitraire du signe, de Platon au Milmologiques de Genette), mais aussi écart dans le signe même entre signifiant et signifié ; écart du locuteur, par rapport au locutaire ; écart de l’auteur face à son premier lecteur : lui-même. On voit donc bien comment la double étymologie convoquée par Alain Rey fait sens : écarter du latin « exquartare », partager en 4 (ex/quartus), mais aussi du latin « excoartare », desserrer, désunir (de « artare », unir).

2Analyser l’écart, c’est s’intéresser aux problématiques spaciales et métaphoriques du centre et de la marge (être à l’écart, n’est-ce pas être au centre d’un autre monde ?) : c’est d’ailleurs, après L’Ecriture et la différence (1967), dans Marges—de la philosophie (1972), que Derrida explicite son concept de différance (23) et reconnaît sa dette envers la « différence ontologique » de Heidegger dont il dit humblement que son concept n’est qu’un redéploiement. A l’évidence, penser la marge, c’est aussi s’efforcer de cerner les problématiques liées à la temporalité : la différance comme report, qui toujours temporise.

3L’écart, c’est donc aussi une façon de prolonger la réflexion sur le spectral (voir La Lettre et le fantôme, Sillages Critiques n° 8 ) : dans la séparation que met en forme l’écart, il y a un phénomène de hantise : l’écart, c’est ce qui met à distance mais porte en lui le souvenir du point de départ. L’écart ne circonscrit pas une réalité nouvelle, superlative, mais s’inscrit toujours dans un comparatif, dans un autre qui grave à jamais sa présence : comme le fait remarquer ailleurs Pierre-Yves Petillon, l’é-c-a-r-t, après tout, c’est dans la lettre et à la lettre, la t-r-a-c-e, mais aussi la c-a-r-t-e. C’est sur ce jeu entre les trois anagrammes, et les structures toujours paraboliques ou métaphoriques de la littérature et de la représentation, que ce volume propose de naviguer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Angel-Perez, « Introduction », Sillages critiques [En ligne], 12 | 2011, mis en ligne le 27 octobre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://sillagescritiques.revues.org/2303

Haut de page

Auteur

Élisabeth Angel-Perez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • Les cahiers de Revues.org